Santé › Actualité

La méthode de désinfection de l’eau par le soleil en expérimentation au Cameroun

Les résultats de l’avant-projet ont été présentés au cours d’une conférence organisée à la chambre d’Agriculture de Yaoundé

Près de 50 000 personnes formées
Cette rencontre de présentation a été le fait de l’association AQUACARE, l’organisme camerounais partenaire du projet SODIS au Cameroun. SODIS (Solar water disinfection), en français désinfection solaire de l’eau est une méthode qui consiste à obtenir une eau saine, juste en l’exposant aux rayons du soleil, dans une bouteille propre, transparente et durant un certain temps. Le projet qui visait prioritairement les ménages à revenus très limités, s’est déroulé durant deux ans, dans certains quartiers à habitats spontanés de Yaoundé la capitale camerounaise, comme la Briqueterie, Essos, Melen, Manguiers, Messa, Tsinga et Carrière. Selon l’organisateur de la rencontre et le Responsable du projet au Cameroun, l’expérience a été positive. «5.925 ménages ont été formés. En considérant qu’un ménage, c’est huit personnes, cela fait 42.000 personnes formées. A Douala, 15.700 personnes formées. Soit au total 50.000 personnes formées à la méthode SODIS. Une autre frange de plus en plus importante commence à comprendre qu’elle doit prendre une décision», a affirmé Serges Azebaze, le responsable AQUACARE.

Carence en eau de bonne qualité au Cameroun
Dans la réalisation du projet, l’on est parti du constat selon lequel, le Cameroun est un des pays au monde les plus riches en eaux de surface et souterrains. Malgré cela, les besoins en eau potable y sont encore énormes. L’adduction des eaux dans les grandes villes, assurée par la Camerounaise des eaux depuis la privatisation, enregistre une couverture de moins de 50 % des besoins. Les populations qui vivent généralement dans les quartiers populeux recourent aux eaux des puits et des sources pour la boisson, ainsi que pour différentes activités domestiques. Certaines études scientifiques ont montré que ces eaux étaient de très mauvaise qualité microbiologique et que leur usage nécessitait un traitement préalable. Selon une étude réalisée par Mafodonzang Fouedji un expert sur un total de 8.444 consultations médicales réalisées sur les enfants de 0 à 5 ans dans un des quartiers visés (Briqueterie), 37% étaient victimes de maladies liées à l’eau. Les méthodes classiques de désinfection préconisées par les autorités sanitaires, que sont l’utilisation du chlore, la filtration ou l’ébullition sont demeurées inefficaces. Les populations très pauvres de ces zones n’ont pas les moyens de les appliquer.

Améliorer la consommation d’eau potable chez les plus pauvres
Le projet a pour principal objectif d’améliorer l’accès à l’eau potable à ces populations démunies des deux grandes villes camerounaises par l’usage de façon permanente de la méthode de désinfection solaire de l’eau (méthode SODIS). Il a débuté en 2007, sous l’impulsion de Serges Azebaze le responsable Aquacare, le partenaire camerounais du projet. La finalité visée à terme est de développer la prise de conscience et l’adoption d’un comportement conforme aux règles d’hygiène et d’un environnement sain pour l’amélioration du bien-être des familles des quartiers ciblent; Vulgariser et promouvoir la méthode de désinfection solaire de l’eau (SODIS) destinée à la boisson ; Evaluer l’incidence de cette méthode SODIS sur la prévalence des diarrhées chez les enfants de 0 à 5 ans de la population cible et comparer la réduction entre les utilisateurs et les non utilisateurs de la méthode SODIS.

Une technique validée par l’OMS
L’efficacité de SODIS a été découverte par le professeur Aftim Acra de l’université américaine de Beirut dans les années 1980. La recherche a été reprise par le groupe de chercheurs de Martin Wegelin de l’Institut fédéral suisse pour l’aménagement, l’épuration et la protection des eaux et Dr. Kevin McGuigan du Royal College of Surgeons en Irlande. Des contrôles cliniques ont été initiés par le Professeur Ronan Conroy du groupe RCSI en collaboration avec le Dr. Micheal Elmore-Meegan. L’Institut fédéral suisse pour l’aménagement, l’épuration et la protection des eaux (EAWAG) à travers le département eaux et assainissement dans les pays en développement (SANDEC) coordonne des projets pour la promotion de SODIS dans 33 pays en Amérique Latine, Asie et Afrique par plus de trois millions de personnes. Au Cameroun, l’usage de cette méthode est promu par Aquacare, avec l’aide des partenaires locaux tels Tam-tam mobile, ONG Pessaf, Sarkam Zoumountsi, la méthode a été recommandée depuis 2001 par l’OMS comme méthode alternative de désinfection de l’eau au niveau des ménages.


pagesperso-orange.fr)/n

Zapping CAN 2019
À LA UNE
Sondage

Un candidat de l'opposition a-t-il une chance de gagner la présidentielle 2018 au Cameroun?

View Results

Loading ... Loading ...
Retour en haut
error: Contenu protégé