Opinions › Tribune

La nationalitĂ© française ne doit pas ĂŞtre la garantie d’une impunitĂ© judiciaire au Cameroun

Par le CL2P

Dans le respect de la prĂ©somption d’innocence de l’homme d’affaire franco-camerounais Sylvestre Marcelin Andela actuellement incarcĂ©rĂ© Ă  la prison centrale de Kondengui Ă  YaoundĂ©, la nationalitĂ© française ne peut et ne doit ĂŞtre la garantie, ni d’une immunitĂ© juridictionnelle, ni d’une impunitĂ© judiciaire au Cameroun.

Aucun Peuple ne peut accepter sur son sol la persistance (du moins perçue comme telle sur place) d’une forme Ă©trange de discrimination au relent nĂ©o-colonial basĂ©e sur la nationalitĂ©, selon que la victime supposĂ©e de l’arbitraire judiciaire et carcĂ©ral est un ressortissant Français ou ne l’est pas.

Nul ne doit considĂ©rer sa nationalitĂ© comme un quelconque privilège juridictionnel, voire comme un bouclier diplomatique qu’il peut exhiber au dĂ©triment de toutes les autres victimes de l’arbitraire judiciaire et carcĂ©ral au Cameroun.

Nous n’aurons et ne ferons jamais une interprĂ©tation sĂ©lective des violations des Droits Humains, suivant que la victime serait ou non un(e)ressortissant(e) français(e).


Le Comité de Libération des Prisonniers Politiques (CL2P).


Droits réservés)/n

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

A SAVOIR

- Les opinions et analyses présentées dans cette rubrique n'engagent que leurs auteurs et nullement la rédaction de Journalducameroun.com.

- JournalduCameroun.com n'est pas responsable des affirmations qui y sont présentées et se réserve le droit de modifier ou de retirer un article qui diffamerait, insulterait ou contreviendrait au respect des libertés publiques.

Ă€ LA UNE
Retour en haut