International › APA

La politique, sujet dominant dans la presse sénégalaise

Les journaux sénégalais, reçus mercredi à APA, traitent essentiellement des histoires qui écornent l’image de l’Assemblée nationale et de la parution d’un livre-hommage à Bruno Diatta.Ces temps-ci, une affaire de faux passeports, dans laquelle sont cités deux députés, défraie la chronique. Et ce n’est pas la première fois qu’un parlementaire a maille à partir avec la justice. Dans ce contexte, WalfQuotidien se fait l’écho du « silence troublant de (Moustapha) Niasse », le président de l’Assemblée nationale.

Sous le titre « Niasse, le plus dur pour la fin », L’Observateur affirme que le fondateur de l’Alliance des Forces de Progrès (AFP, mouvance présidentielle) est « aujourd’hui contraint de s’employer de toutes ses forces pour aider à tirer au clair cette affaire » avant la fin de son mandat en juillet 2022.

En tout cas, les « avis (sont) divergents entre les politiques et la société civile » sur le « remède » qui serait efficace contre les « scandales à répétition dans l’hémicycle ». S’exprimant dans Sud Quotidien, El Malick Ndoye des Patriotes africains du Sénégal pour le travail, l’éthique et la fraternité (Pastef, opposition) considère que « tout découle du mode d’élection des députés » là où Valdiodio Ndiaye de la société civile estime qu’il faut « prendre des mesures radicales » notamment la révocation.  

De son côté, le collectif Noo Lank (Nous refusons, en langue wolof) soutient dans Vox Populi que le trafic de passeports diplomatiques et de visas est « un marché qui vaut de l’or pour les autorités publiques » puisqu’il est estimé à « 72 milliards F CFA » par an.

Sur un tout autre sujet, Le Soleil annonce la publication d’un livre sur Bruno Diatta, « l’emblème de la République ». Le quotidien national informe que l’ouvrage a été présenté, hier mardi, à l’occasion du « troisième anniversaire du décès de l’ancien chef du Service du protocole présidentiel ».

Au cours de cette cérémonie, rapporte Le Témoin, Abdoulaye Diop, le ministre de la Culture, a souligné que le livre « raconte l’homme » avec « des témoignages poignants ». Prenant part à la rencontre, le Cardinal Théodore Adrien Sarr, ancien Archevêque de Dakar, a déclaré dans L’AS que « la jeune génération doit apprendre de (Bruno Diatta) la rigueur, la méthode dans le travail et l’engagement à servir » la nation.

Citée par Le Quotidien, Guylaine Diatta Gomis, la fille de celui qui a été au service des quatre présidents du Sénégal, Léopold Sédar Senghor, Abdou Diouf, Abdoulaye Wade et Macky Sall, a déclaré que « la Fondation Bruno Diatta (est) en cours de création » pour « pérenniser » l’œuvre de ce monument.


L’Info en continu
  • Cameroun
  • Afrique & Monde
Toute l’info en continu
À LA UNE


SondageSorry, there are no polls available at the moment.
Back top
error: Contenu protégé