Société › Kiosque

La presse camerounaise salue la chute de Blaise Compaoré

De nombreux quotidiens privés ont consacré leur Une de vendredi à la situation au Burkina Faso

La quasi-totalité des quotidiens privés publiant au Cameroun ont salué vendredi, 31 octobre, la situation provoquée au Burkina Faso par le projet du président Blaise Compaoré de modifier la constitution de son pays afin de briguer un troisième mandat en 2015 après 27 années passés au pouvoir.

«Burkina Faso: Le peuple chasse Compaoré du pouvoir», titre le quotidien Le Jour ce 31 octobre à sa une, avec un éditorial du directeur de la publication intitulé «Le déshonneur». «En chassant du pouvoir comme il l’a fait hier Blaise Compaoré, le peuple burkinabé, tout en exprimant son attachement aux valeurs de la démocratie, commence donc le travail du deuil de Thomas Sankara, assassiné et enterré à la va vite, qui fut celui qui donna à ce peuple l’essentiel de ce qu’il possède aujourd’hui», écrit Haman Mana.

Le Jour consacre trois pages de son édition qui en compte 12 à cette situation politique au Burkina Faso avec un focus sur 10 chefs d’Etat d’Afrique subsaharienne ayant pu modifier la constitution à l’instar de Paul Biya du Cameroun; et ceux en voie de le faire : Yayi Boni (Bénin), Pierre Nkurunziza (Burundi) ; Sassou Nguesso (Congo Brazzaville) ; Joseph Kabila (RD Congo) et Paul Kagamé (Rwanda).

La Une du quotidien Le Jour, édition du 31 octobre 2014
Journalducameroun.com)/n

«Blaise Compaoré en fuite: l’armée a pris le pouvoir», soutient pour sa part le quotidien Emergence à sa Une ce vendredi. Le journal y consacre une page avec trois articles dont une «lettre de François Hollande qui mettait en garde Blaise Compaoré». Dans cette lettre datée du 07 octobre à l’endroit de Blaise Compaoré, on peut relever cette phrase: «A cet égard, le Burkina Faso pourrait être un exemple pour la région si, dans les mois qui viennent, il avançait lui aussi dans cette direction en évitant les risques liés à un changement non consensuel de la Constitution. Vous pourriez alors compter sur la France pour vous soutenir, si vous souhaitez mettre votre expérience et vos talents à la disposition de la communauté internationale».

Emergence, qui pense que le chef de l’Etat burkinabé «aurait pris la route du Sénégal», écrit : «On ne peut qu’être émerveillé face au courage historique de ce peuple frère burkinabé à qui nous tirons un coup de chapeau».

La Une du quotidien Emergence, édition du 31 octobre 2014
Journalducameroun.com)/n

«Blaise Compaoré: Le pouvoir jusqu’au ridicule», titre Mutations, à sa Une comme les autres quotidiens privés. Le journal consacre deux pages à cette actualité, avec un article principal intitulé : «Le film de la révolution des Hommes intègres». Le traitement fait par Mutations de l’incertitude que vit le Burkina Faso s’achève sur un commentaire du directeur de la publication sur «les enseignements» à tirer. «Il y a deux leçons à tirer de ce qui vient de se passer à Ouagadougou : La première leçon est la détermination d’un peuple volontaire (.) La deuxième leçon est celle que l’armée de ce pays vient de donner à la face du monde. Une armée républicaine ne doit jamais retourner les armes contre le peuple qu’elle est censée défendre», estime Xavier Messe.

Le quotidien gouvernemental Cameroon Tribune a pour sa part rédigé une brève sur le sujet, à la dernière page de son édition de vendredi, sous le titre «Burkina Faso : Un organe de transition annoncé».

Jeudi, 30 octobre, des manifestants contre le projet de loi devant permettre de réviser la constitution du Burkina Faso ont incendié le siège de l’Assemblée nationale et pris d’assaut les bâtiments de la télévision publique. Le chef d’état-major des armées Nabéré Honoré Traoré, dans un communiqué lu par un officier, a annoncé la création d’un « organe de transition », chargé des pouvoirs exécutifs et législatifs, dont l’objectif est un retour à l’ordre constitutionnel « dans un délai de douze mois ». Vendredi, un officier de l’état-major des armées burkinabé a annoncé que Compaoré n’était plus au pouvoir.

La Une du quotidien Mutations, édition du 31 octobre 2014
Journalducameroun.com)/n



À LA UNE


SondageSorry, there are no polls available at the moment.
Retour en haut
error: Contenu protégé