International › APA

La presse en ligne burkinabè à fond sur le procès du putsch manqué

Les journaux en ligne burkinabè commentent ce jeudi (jour férié du fait de la fête de l’Ascension) la reprise, puis la suspension, la veille, du procès relatif au coup d’Etat manqué de septembre 2015.«Procès putsch manqué: l’audience renvoyée au vendredi 25 mai», titre Fasozine.com qui renseigne au passage que «suspendu le 6 avril dernier, le procès du putsch manqué a repris ce mercredi 9 mai 2018».

Le média en ligne rappelle que l’audience avait été suspendue (le 6avril), suite à la renonciation de 14 avocats de la défense.

«Le président du tribunal dans l’incapacité de continuer le procès avait renvoyé l’audience à ce jour, le temps de permettre au bâtonnier de l’ordre des avocats de commettre d’office d’autres avocats pour défendre les accusés dont les conseils se sont déportés», explique-t-il.

Selon Fasozine.com, à l’ouverture de l’audience, hier mercredi, le tribunal a informé l’assistance qu’il a reçu deux nouvelles lettres de déport. Il s’agit de Me Paul Kéré et de la SPC/Somé.

A ce sujet, le quotidien national Sidwaya, dans sa version en ligne, croit savoir que les demandes de déport des deux avocats ont été déposées le 8 mai 2018 et que «ces déports concernent des avocats de  8 accusés dont le général Gilbert Diendéré et  son épouse, Fatoumata Diendéré».

Pour sa part, Lefaso.net fait remarquer dans sa rubrique ‘’Flash info » que le juge (du Tribunal militaire) a accédé à la requête des avocats commis d’office en renvoyant le procès au vendredi 25 mai 2018.

Et d’ajouter qu’ils (les avocats) ont donc 16 jours pour s’imprégner du dossier.

Sidwaya informe que le procès du coup d’Etat manqué a repris hier mercredi à Ouagadougou, avec la présentation de nouveaux avocats commis à la défense de certains accusés.

A en croire le confrère, le président du tribunal a informé que trois accusés ont déposé des demandes de liberté provisoire, avant de souligner que deux ont été rejetées et l’une renvoyée.

«Adama Ouédraogo dit Damiss (l’un des 84 accusés du dossier, Ndlr) a demandé, quant à lui, une autorisation de sortie du territoire. Le tribunal s’est déclaré +incompétent+ pour connaitre de cette requête», écrit le quotidien national sur son site.

À LA UNE
Retour en haut