CultureCulture › Arts visuels

La reconnaissance du cinéma des réalisatrices du monde entier

Pour la 32ème édition qui se déroule à Créteil, du 2 au 11 avril, la belle et bonne part veut être réservée à l’Afrique

Voilà 100 ans que les femmes mènent le combat pour avoir plus de droits. Le Festival de Films de Femmes de Créteil entend utiliser le cinéma pour continuer la lutte. Pour sa 32ème édition, les organisateurs ont décidé de mettre l’Afrique en avant avec environ 80 films programmés et un univers très hétéroclite dans la programmation. Du 2 au 11 avril, la reconnaissance du cinéma envers les réalisatrices et particulièrement celle de l’Afrique veut être mise en avant. En avant première ce 2 avril, c’est la chanteuse malienne très engagée Rokia Traoré qui ouvrira le Festival par un concert à la Maison des Arts de Créteil.

Les comptes de la bataille des femmes
Si dans plusieurs domaines, l’on a observé une féminisation des métiers, le chemin à parcourir pour une réelle égalité entre les hommes et les femmes semble encore très très long. On a pu le constater le 8 mars dernier lors de la célébration du centenaire de «la journée de la femme». Dans le domaine du cinéma, il aura fallu attendre la 82ème édition des oscars pour que le signe indien soit brisé. Enfin, une femme a décroché l’oscar de la meilleure réalisatrice à Hollywood. Ce jour là Kathryn Bigelow aura fait plaisir à toutes. Ce sont ces petits pas franchis et les grandes étapes qui restent à parcourir que le festival entend mettre en avant avec sa programmation audacieuse.

A l’heure où l’on célèbre le cinquantenaire des indépendances africaines le festival se donne comme mission d’offrir avec constance un lieu de reconnaissance et de visibilité des démarches des réalisatrices. Il faudrait renverser le processus de décapitation des pensées et des manières de voir le monde.

Au travers du prisme africain
C’est en 1998, que le Festival de Films de Femmes de Créteil proposait en 1ère mondiale, une rétrospective centrée autour des films des réalisatrices et actrices d’Afrique. Douze années après, l’on remet le couvert. Mais avec de nouvelles visions et des uvres très engagées. C’est un mix d’anciens, de nouveau, de métissage et d’hybride. Avec Trans-Europe-Afrique, le festival offre un voyage d’autant plus judicieux et nécessaire que le cinéma des femmes ne connaît pas les frontières et que les films se répondent et se complètent, d’un continent à l’autre! La grande diversité des sujets traités interpelle plus d’un. Le Festival renoue avec les réalisatrices confirmées et soutient les nouveaux talents pour un passage à travers 25 pays du continent. La programmation des films camerounais concerne, les productions: «une vie de nègre» de Oswalde Lewat ; «Paris à tout prix» de Joséphine Ndanou et «White Material» de Esther Denis. A noter qu’aucun de ces films ne participe aux compétitions proposées.


journalducameroun.com)/n


À LA UNE


SondageSorry, there are no polls available at the moment.
Back top
error: Contenu protégé