International › APA

La représentation de la CPI en Côte d’Ivoire dément une mission conjointe avec l’ONU à Abidjan

La représentation de la Cour pénale internationale (CPI) en Côte d’Ivoire, a démenti mardi une mission conjointe avec l’ONU à Abidjan, notamment relayée par un quotidien proche du parti de Laurent Gbagbo, dans un communiqué.Selon la Représentation de la CPI en Côte d’Ivoire, l’information parue dans le journal Nouveau Courrier no 2132 en date du 09 juin 2020, relative à une « prétendue mission CPI-ONU à Abidjan,  qui aurait eu des échanges avec les plus hautes autorités du pays, (est) erronée ».  

A la Une du journal, l’on peut lire « Après la mission CPI-ONU, ça bouillonne au palais d’Abidjan ». Le quotidien écrit en sous-titre «voici les schémas qui s’imposent à Ouattara » et « le silence de Gbagbo qui fait peur ». 

La représentation de la CPI, qui réfute cette mission conjointe CPI-ONU, rappelle qu’ elle est « toujours disposée, conformément à son mandat, à fournir des informations crédibles à tous les médias dont le rôle est de bien informer les populations, ainsi qu’ à toute personne ou structure intéressée ». 

La bataille de la communication pour la libération de Laurent Gbagbo est engagée depuis son transfèrement à la CPI, en novembre 2011, par un pool de quotidiens proches du Front populaire ivoirien (FPI), parti créé par cet ex-chef d’Etat de Côte d’Ivoire.

La Chambre d’appel de la Cour pénale internationale (CPI) a décidé fin mai de rejeter la requête de la défense de M. Gbagbo demandant à la Chambre de réexaminer son arrêt, lui accordant ainsi qu’à M. Blé Goudé, son co-accusé, une mise en liberté conditionnelle.  

Les juges de la Chambre d’appel de la CPI ont réexaminé fin mai 2020 la nécessité de maintenir les conditions imposées à la mise en liberté de M. Gbagbo et son co-accusé Charles Blé Goudé, et décidé de révoquer quelques conditions. 

MM. Gbagbo et Blé Goudé ne peuvent, désormais, se déplacer en dehors des limites de la municipalité dans laquelle ils résident dans l’État d’accueil, à moins d’y avoir été expressément autorisés au préalable par la Cour.

Ils devront remettre au greffe toutes les pièces d’identité dont ils disposent, en particulier leur passeport, en outre se présenter chaque semaine auprès des autorités de l’État d’accueil ou auprès du greffe et se conformer à toute autre condition raisonnable imposée par l’État où ils seront libérés.    


À LA UNE


SondageSorry, there are no polls available at the moment.
Back top
error: Contenu protégé