Eco et Business › Entreprises

La Sonara représente la principale source de risque pour le système bancaire camerounais (FMI)

(c) Droits réservés

Selon le FMI, au moins trois banques ne pourront pas remplir les exigences nationales en matière de disponibilité de fonds propres. Deux autres perdront entre 50 et 85% de leurs fonds propres excédentaires  en cas de défaut de la Sonara.

Le niveau d’endettement de la  Société nationale de raffinage (Sonara) auprès de banques camerounaises est problématique du point de vue du Fonds monétaire international. L’institution en a fait une analyse dans son rapport pays n° 18/256 d’octobre consacré au Cameroun. Il en ressort que l’unique raffineur camerounais des produits pétroliers totalise 65 % des dépôts des entreprises publiques et 62 % des crédits.

La grande partie de la dette de la Sonara, soit 87,9 %, a été contractée il y a moins d’un an.

La Sonara reste ainsi la principale responsable du risque direct pesant sur le système bancaire émanant des entreprises publiques, en termes de grande exposition et de risques de liquidité et de crédit. Parmi les 6 banques qui ont une exposition nette positive à la Sonara, l’une a des fonds propres négatifs, trois ne rempliront pas l’exigence minimum de fonds propres en cas de défaut de la Sonara et deux banques perdront respectivement 85 et 50% de leurs fonds propres excédentaires respectifs”, souligne le FMI.

La situation financière de la Sonara représente un risque qui pourrait dépasser le cadre l’environnement bancaire. Il y a également un « risque de nuire à l’Etat et au secteur privé ». La structure enregistre le pourcentage le plus élevé des arriérés de paiement du secteur public. La Sonara représente 53% des arriérés des entreprises publiques contre 13% pour Camtel. « Environ deux tiers de ces arriérés sont des arriérés d’impôt qui amputent les recettes de l’État. L’accumulation d’arriérés envers la sécurité sociale pourrait entraîner une augmentation des cotisations de retraite et/ou des subventions publiques pour compenser ce manque-à-gagner », explique le FMI. 

Le contexte financier au Cameroun est marqué par une forte augmentation des arriérés de paiement des entreprises publiques. Ceux-ci  ont presque doublé depuis 2013 pour atteindre 3,4 % du Produit intérieur brut (PIB) contre 1,8 % en 2013. Sonara et

 

 

 

 

 

À LA UNE
Sondage

Un candidat de l'opposition a-t-il une chance de gagner la présidentielle 2018 au Cameroun?

View Results

Loading ... Loading ...
Retour en haut