Société › Société

Lac Nyos: Lorsque le provisoire devient définitif…

26 ans après la catastrophe, le retour à la maison pour les survivants n’est pas pour demain

Répondant aux questions du quotidien Cameroon-Tribune à propos du retour des survivants de Nyos, le ministre René Sadi en charge de l’aménagement du territoire a fait savoir que: « les pouvoirs publics ont évacué les survivants dans les campements et y ont construit des habitations pour ces derniers, loin de la zone à risque. S’agissant de leur retour au terroir, celui-ci est envisagé lorsque la zone sera entièrement sécurisée. Il s’agira de leur assurer en plus de la sécurité du site et de sa viabilisation, un accompagnement minimal en termes d’infrastructures sociales de base. Mais il convient de signaler que le moment de ce retour n’est pas encore arrivé. Le gouvernement avisera les populations, une fois le processus de sécurisation du lac conduit à son terme ». le ministre fait aussi savoir que ces populations n’ont pas été abandonnées. Il annonce l’existence d’un « Programme National de Sécurisation et de Réhabilitation du lac Nyos » qui est doté « d’un budget de près de 24 milliards de Fcfa» et qui « cristallise bien la ferme volonté du gouvernement de transformer cette catastrophe en une entreprise humanitaire gigantesque ».

26 ans après la survenance du drame, on en est toujours au dégazage du lac. Depuis janvier 2001, une équipe française mène une opération de dégazage du CO2 (gaz carbonique) piégé au fond du lac, afin d’éviter que la catastrophe de 1986 ne se reproduise. L’opération, dénommée « Les orgues de Nyos », utilise un tuyau vertical en polyéthylène reliant les eaux profondes du lac saturées en CO2 à la surface. La solution avait été contestée car de nombreux scientifiques estimaient qu’on ne pouvait trouver de solution efficace sans avoir compris la cause exacte de l’explosion de gaz. L’entreprise attributaire de la prestation parlait d’une opération qui serait fini en 5 ans. 11 ans après le début de cette opération, on est loin du compte. Le ministre Sadi qui est aussi en charge de la protection civile a avancé le chiffre de 50% de gaz déjà extrait du lac. « A ce jour, je puis vous affirmer que près de 50 % du gaz contenu dans le lac a été évacué grâce aux nouvelles colonnes. Le dégazage se poursuit de manière satisfaisante sous le contrôle de l’Institut de Recherches Géologiques et Minières (IRGM) », a fait savoir le ministre. Le Cameroun est soutenu dans ce processus par des partenaires bi et multilatéraux. Un reportage de la célèbre chaîne scientifique de télévision National Geographic, parlant des lacs mortels, laissaient entendre que le danger persistait dans la région de Nyos. Des scientifiques interrogés dans ce reportage ont fait savoir que les digues naturelles qui entourent le lacs sont toujours fragiles. « Leur rupture entraînerait un mélange brusque des eaux et donc une nouvelle catastrophe » commentait un des experts interrogés dans le reportage. Pour les victimes, mis à part les parents proches, c’est désormais l’oubli.

Les opérations de dégazage continuent sur le lac Nyos (image)
Journalducameroun.com)/n


L’Info en continu
  • Cameroun
  • Afrique & Monde
Toute l’info en continu
À LA UNE


SondageSorry, there are no polls available at the moment.
Back top
error: Contenu protégé