Société › Société

Lac Tchad: évaluation à mi-parcours du PRODEBALT

L’atelier de validation du rapport de la revue à mi-parcours se tient à Garoua au Cameroun

La troisième réunion ordinaire du comité régional de pilotage du Programme de Développement Durable du Bassin du Lac Tchad (PRODEBALT) et un atelier de validation du rapport de la revue à mi-parcours se tient depuis le 11 décembre 2012 à Garoua. En effet, le rapport provisoire de la revue à mi-parcours a souligné le faible niveau d’exécution des activités du PRODEBALT à cause du retard accusé dans la signature des protocoles, du retard dans la mise à disposition de ces services des avances de démarrage, de la lenteur de la banque africaine de développement (BAD) dans la traitement de l’approbation des dossiers et, du blocage des dossiers à la commission du bassin du lac Tchad (CBLT) lorsque le secrétaire générale de la CBLT est en déplacement.
Par ailleurs, plus de trois ans après l’entrée en vigueur du don de la Banque africaine de développement (BAD) au PRODEBALT on note un faible taux de décaissement du programme ne dépassant pas les 15%. Les travaux lancés par le gouverneur de la région du Nord Otto Joseph Wilson s’achèvent vendredi et vont permettre aux membres du comité régional de pilotage et aux experts réunis à Garoua d’examiner le goulot d’étranglement qui blogue la mise en uvre harmonieuse des activités du Programme de Développement Durable du Bassin du Lac Tchad et ils feront des propositions en vue de l’amélioration de la performance de ce programme. Durant cet atelier, les participants devront également valider la revue à mi-parcours, approuver le rapport d’activités 2012 ainsi que la programmation des activités et le budget 2013.En outre, la mission de revue à mi-parcours a émis une série de 45 recommandations à l’attention du Secrétariat Exécutif, du PRODEBALT et de la BAD afin d’améliorer la mise en uvre du programme.

Le programme de développement durable du bassin du Lac Tchad (PRODEBALT) à été lancé en 2009 par la commission du bassin du Lac Tchad en réponse à un des graves problèmes qui menacent l’existence du Lac Tchad et la pérennité des ressources naturelles de son bassin. Le processus d’érosion hydrique et d’ensablement affectant ainsi l’ensemble du bassin. Le programme conçu pour inverser les tendances de dégradation observées a également pour mission la réduction de la pauvreté des populations vivant de l’exploitation des ressources du bassin par la conservation et la gestion durable du Lac Tchad et l’écosystème, dans un contexte d’adaptation des systèmes de production aux changements climatiques. Le coût total du programme estimé à environ 41 milliards de francs CFA pour une durée de six ans.

L’atelier de validation du rapport de la revue à mi-parcours se tient à Garoua au Cameroun
À LA UNE
Sondage

Un candidat de l'opposition a-t-il une chance de gagner la présidentielle 2018 au Cameroun?

View Results

Loading ... Loading ...
Retour en haut
error: Contenu protégé