International › APA

L’action gouvernementale s’impose Ă  la Une des quotidiens marocains

Les quotidiens marocains parus ce mercredi se focalisent sur l’action du gouvernement, la rĂ©forme de la Caisse de Compensation.+Aujourd’hui le Maroc+ aborde l’action du gouvernement Ă  Jerada. Revenant sur les actions promises par le gouvernement pour « attĂ©nuer la gravitĂ© de la situation » Ă  Jerada, le journal met en garde contre les consĂ©quences de la non tenue de ces promesses « faites en public », car « la situation pourrait nettement s’aggraver et Ă©chapper totalement au contrĂ´le », se demandant si, avant de dresser la liste de ses promesses, le chef du gouvernement, qui s’est dĂ©placĂ© Ă  la tĂŞte d’une dĂ©lĂ©gation ministĂ©rielle dans la rĂ©gion de l’Oriental, « a pris la peine de vĂ©rifier la faisabilitĂ© de chaque action ».

Il se dit « Ă©tonnĂ© » de relever des actions qui, en principe, auraient dĂ» ĂŞtre rĂ©alisĂ©es bien avant que les habitants sortent dans la rue, puisque, explique-t-il, « remĂ©dier aux effets de l’ancienne mine sur l’environnement et sur la santĂ© des riverains, raccorder les habitants aux Ă©gouts, faire en sorte que les factures d’eau ou d’Ă©lectricitĂ© soient justes ou encore activer l’indemnisation d’anciens mineurs pour les maladies professionnelles avĂ©rĂ©es sont des mesures qui coulent pratiquement de source. Elles sont censĂ©es ĂŞtre un minimum ».

+Al Bayane+ dĂ©nonce une « panne politique ». En ces moments d’intempĂ©ries atroces, marquĂ©s par de fortes rafales de neige, l’Ă©lite politique marocaine, du moins une bonne partie de son ensemble, « se paie le luxe de sombrer dans des frictions verbales belliqueuses », relève la publication.

On ne prĂŞte plus attention Ă  la charte de la majoritĂ©, toujours en suspens, quoique l’exĂ©cutif soit en place depuis dĂ©jĂ  presque la moitiĂ© de son actuel mandat, relève-t-il, mettant en garde contre certaines attitudes « harmonieuses », qui auraient plutĂ´t tendance Ă  « faire chavirer » une formation gouvernementale, dont « la locomotive est constamment ciblĂ©e ».

+Al Massae+ écrit que le gouvernement marocain a défini sa stratégie pour préparer la fin de la Caisse de compensation, à savoir la fin de la subvention du gaz, de la farine et du sucre. Une stratégie qui ne tardera pas à être appliquée, a laissé entendre Lahcen Daoudi, ministre délégué aux Affaires générales, lors de son intervention, lundi, au Parlement.

La publication prĂ©cise que, pour prĂ©parer la fin de la caisse de compensation et des subventions publiques aux produits de consommation de base, Lahcen Daoudi annonce qu’un programme d’aide de 1.000 dirhams par mois Ă  un million de foyers marocains, Ă  savoir 5 millions de bĂ©nĂ©ficiaires, sera dĂ©ployĂ© incessamment. Le ministre Ă©voque aussi la prĂ©sence d’un ensemble de programmes d’aide aux plus dĂ©munis, comme le programme Tayssir qui avait Ă©tĂ© mis en place durant le mandat d’Abdelilah Benkirane.

Un budget de 12 milliards de dirhams serait prĂ©vu, toujours selon le ministre, pour financer ces programmes d’aide. «Je suis prĂŞt Ă  comparaĂ®tre devant la commission spĂ©cialisĂ©e pour dĂ©voiler qui sont ceux les bĂ©nĂ©ficiaires des subventions: ce ne sont surtout pas les pauvres, comme on veut Ă  tout prix nous le faire croire», a d’ailleurs lancĂ© Lahcen Daoudi au Parlement, pour justifier sa stratĂ©gie.

Ă€ LA UNE
Retour en haut