International › APA

Lactuialité politique au menu des quotidiens marocains

La question de l’intégrité territoriale et la politique africaine du Royaume sont les principaux sujets traités par les éditorialistes des quotidiens de jeudi.+Aujourd’hui Le Maroc+, qui s’attarde sur la question de l’intégrité territoriale du Royaume, écrit qu’il n’y a pas de meilleure consécration de la légalité et de la justesse de la cause marocaine pour son Sahara que la posture de la communauté internationale traduite par l’Assemblée générale de l’ONU, soulignant que cette tribune solennelle pour défendre les valeurs universelles et collectives n’a jamais été prêtée à « un groupuscule de mercenaires instrumentalisés, qui s’est autoproclamé un jour État défenseur d’une population qu’il n’a d’ailleurs pas ».

“L’ONU n’a jamais reconnu à ce jour ni l’existence ni la légitimité de ce qui est finalement bande armée, équipée, nourrie et logée” par le régime algérien, relève le journal.

Même les pays qui ont été soit dupés, soit victimes de chantages dans les années 70 et 80 du siècle passé ont fini par se rendre compte l’un après l’autre de la “supercherie” et du “ridicule”, comme cela a été prouvé par l’ouverture des représentations consulaires dans les villes de Laâyoune et Dakhla durant ces deux dernières années ou encore par le nombre de pays qui ont retiré officiellement leur reconnaissance d’une pseudo république, ajoute-t-il.

Quoi qu’il en soit, le Maroc reste inlassablement fidèle à sa philosophie du légalisme, du vivre-ensemble et de la main tendue à travers son modèle d’autonomie devenu aujourd’hui la seule et unique voie adoptée à la majorité par le concert des nations, souligne-t-il.

Abordant la politique africaine du Maroc, +L’Opinion+ écrit que, grâce à une diplomatie économique efficace, Rabat a décidé de développer une coopération bénéfique avec les pays de la région, notamment avec la Mauritanie, devenue point de bascule pour l’équilibre des forces régionales et qui jouit désormais d’un poids stratégique que lui confère son statut de point de passage obligé vers l’Afrique de l’Ouest, ainsi que de futur pays producteur et exportateur d’hydrocarbures.

La deuxième édition du Forum économique maroco-mauritanien, qui a réuni mardi 400 entreprises opérant dans 14 secteurs différents, “n’est qu’un avant-goût des énormes potentialités que recèle un partenariat avec ce pays”, estime le quotidien.

Chacun des deux pays dispose de “précieux atouts” qu’il peut partager avec l’autre en vue d’aboutir à un “partenariat mutuellement bénéfique”, estime-t-il, notant que “cette tendance est désormais érigée en politique d’Etat”, puisque pas plus loin que mars dernier, 13 accords de coopération avaient été signés dans la foulée de la réunion du Haut Comité mixte.

+L’Economiste+, quant à lui, reproche aux ministres marocains de ne pas effectuer assez de visites dans les pays africains pour nouer des partenariats, qui soient utiles pour le Maroc.

Au cours des derniers temps, ce sont beaucoup plus les ministres africains qui viennent au Maroc que l’inverse, constate la publication.

Depuis les tournées royales dans le continent, qui prenaient parfois des semaines, ni le chef de gouvernement, ni ses ministres n’ont jugé utile de prendre le relais, relève-t-il.

Les membres du gouvernement “devraient couper avec cette passivité” pour anticiper et commencer à sillonner l’Afrique afin de “développer de sérieuses relations bilatérales et sectorielles” avec leurs homologues du continent, recommande-t-il.


L’Info en continu
  • Cameroun
  • Afrique & Monde
Toute l’info en continu
À LA UNE


SondageSorry, there are no polls available at the moment.
Back top
error: Contenu protégé