Santé › Actualité

Lait chinois : La ligue camerounaise des consommateurs appelle à la vigilance

La LCC a tenu un point de presse pour sensibiliser les consommateurs et l’opinion sur le danger que représentent les produits laitiers chinois.

Il ne s’agit pas de faire ici le procès des produits chinois mais d’appeler les consommateurs camerounais à faire preuve de vigilance pour éviter des cas de contamination. Ces propos, le président de la LCC, Delors Magellan Kamseu Kamgaing les a tenu, au regard de l’actualité marquée par le scandale du lait chinois contaminé à la mélamine. C’était au siège de la LCC. Il a tenu à regrouper la presse pour sensibiliser les consommateurs et l’opinion. La mélanine est un produit qui peut bloquer les fonctions rénales chez l’homme a-t-il indiqué. Il a donc appelé le gouvernement camerounais à étendre la décision de suspension des importations du lait chinois aux autres produits faits à base du lait, c’est-à-dire le lait, le biscuit etc.
Sur les attitudes à adopter par les consommateurs, Delors Magellan a demandé à toute personne qui remarquerait la présence du lait chinois ou d’un produit dérivé sur le marché, de saisir les services déconcentrés du ministère du commerce pour qu’ils retirent ces produits sur le marché. Il a également demandé aux consommateurs de lire correctement l’étiquette disponible sur les produits et à éviter tous les produits qui seraient étiquetés « Sanlu ».

Rassurant les uns et les autres sur le déploiement des autorités pendant cette « crise du lait chinois », le président de la LCC a rappelé qu’ un demi millier des agents du ministère du commerce se trouvent en ce moment sur le terrain pour traquer le lait contaminé. Toutefois, il a appelé le premier ministre à constituer « un comité dirigé par ses services, regroupant toutes les administrations concernées par cette affaire, les associations de défense des droits des consommateurs pour filtrer l’importation des produits laitiers chinois ». Malgré tout, Delors Magellan a tenu a exprimé sa colère à l’endroit du ministre de la Santé, qualifiant sa sortie médiatique de « négative », « désastreuse » et « démagogique ». Le président de la LCC reproche au ministre de la Santé Publique d’avoir déclaré qu’il n’existe pas de produits laitiers chinois au Cameroun. Nous ne disons pas que le lait chinois existe au Cameroun a fait savoir Delors Magellan, nous regrettons en réalité le fait que sa déclaration limite la portée de notre message de sensibilisation. Car, il est vrai que la contrebande est une réalité dans notre pays et les frontières camerounaises sont poreuses a-t-il déclaré. Si l’on parle déjà du lait frelaté chinois au Gabon, qu’est-ce qui ne nous dit pas que Demain, on en parlera au Cameroun a-t-il relevé ajoutant que si « officiellement, le Cameroun n’importe pas de lait chinois, nous devons rester prudent ».

Les produits chinois sont incontournables pour la majorité des camerounais à faible revenu. Seulement, nous sommes à l’heure de la sécurisation du consommateur camerounais
Delors Magellan Kamseu Kamgaing, président de la ligue camerounaise des consommateurs

Pondération
Delors Magellan a cependant souligné que cette démarche ne devait pas impacter sur les relations commerciales entre le Cameroun et la Chine. Les produits chinois sont incontournables pour la majorité des camerounais à faible revenu. Seulement, nous sommes à l’heure de la sécurisation du consommateur camerounais a-t-il souligné. Jouant la carte de la diplomatie, il a mentionné, outre l’accessibilité des prix des produits chinois par les consommateurs camerounais, il a relevé quelques bénéfices infrastructurelles de la coopération entre le Cameroun et la Chine, citant par exemple le palais des Sports de Yaoundé. Le président de la LCC a enfin souligné « le doigté et la transparence avec laquelle les autorités chinoises ont géré cette crise ». Pour preuve a-t-il mentionné, le patron de l’Administration chinoise en charge du contrôle de qualité, Li Chanjiang a démissionné de son poste, et le premier ministre chinois Wen Jiabao « s’est engagé à en finir avec le scandale du lait contaminé ».
Pour rappel, l’importation de lait en provenance d’Asie est suspendu par les autorités camerounaises depuis le 25 Septembre 2008, date à laquelle le secrétaire général du ministère de l’Industrie, des Mines et du Développement technologique a signé un communiqué pour suspendre la délivrance des certificats de conformité provisoires et des dérogations permettant aux opérateurs économiques de lever les déclarations d’importation et les vérifications des importations pour les laits en provenance d’Asie.
La sortie médiatique de la LCC est donc un prolongement à cette opération de sécurisation des consommateurs camerounais vis-à-vis du lait chinois.


Journal du Cameroun)/n
À LA UNE
Retour en haut