International › APA

L’Alliance des Ă©diteurs de l’Afrique centrale voit le jour Ă  Casablanca

Un protocole d’accord pour la crĂ©ation de l’Alliance des Ă©diteurs de l’Afrique centrale a Ă©tĂ© signĂ©, samedi Ă  Casablanca en marge de la 23-ème Ă©dition du Salon international de l’Edition et du Livre (SIEL), entre les Ă©diteurs des onze pays de la CommunautĂ© Économique des États de l’Afrique Centrale (CEEAC).Cette Alliance se donne pour missions de fĂ©dĂ©rer la dynamique Ă©ditoriale nationale en vue d’Ă©tablir une synergie sous-rĂ©gionale et d’assurer la circulation et la promotion du livre Ă  travers l’organisation de foires, de salons et de caravanes et la crĂ©ation d’une librairie virtuelle.

Elle s’assigne aussi pour objectifs de promouvoir la professionnalisation des Ă©diteurs par des formations appropriĂ©es, de procĂ©der Ă  la mise en conformitĂ© des maisons d’Ă©ditions aux normes internationales, de crĂ©er un prix littĂ©raire de l’Alliance des Ă©diteurs de l’Afrique Centrale et de mener des actions concertĂ©es de mobilisation des ressources pour le financement des activitĂ©s liĂ©es Ă  l’Ă©dition, entre autres.

Pour rappel, la CEEAC est composĂ©e de 10 pays Ă  savoir le Gabon, l’Angola, le Cameroun, la RĂ©publique centrafricaine, la RĂ©publique du Congo, la RĂ©publique dĂ©mocratique du Congo, la GuinĂ©e Ă©quatoriale, le Rwanda, Sao TomĂ© et Principe et le Tchad.

S’exprimant Ă  cette occasion, le ministre marocain de la Culture, Mohamed Amine Sbihi s’est dit heureux de la contribution du Maroc au lancement de cette Alliance des Ă©diteurs de l’Afrique Centrale, notant que la participation des pays de la CEEAC, invitĂ© d’honneur Ă  cette 23-ème Ă©dition du SIEL, a Ă©tĂ© une occasion pour faire dĂ©couvrir les aspects de la culture africaine Ă  un large public.

Le Salon a Ă©tĂ© Ă©galement une occasion de dĂ©battre des partenariats existant entre le Maroc et l’Afrique Centrale dans plusieurs domaines, a-t-il soulignĂ©, rappelant la tenue vendredi dernier d’une confĂ©rence de haut niveau sous le thème « Industries culturelles et dĂ©veloppement en Afrique », qui a rĂ©uni les 10 ministres de la CEEAC, les ministres et responsables marocains et les chefs d’Ă©tablissements publics et privĂ©s.

Cette rĂ©union a Ă©tĂ© aussi l’opportunitĂ© de discuter d’un certain nombre de points dont « l’objectif Ă©tait d’avancer ensemble vers la mise en place d’un Ă©cosystème culturel qui permettrait aux entreprises culturelles de mettre en place des dispositions Ă  mĂŞme de faciliter l’action des maisons d’Ă©ditions, en tant qu’un Ă©lĂ©ment essentiel dans le domaine du livre », a relevĂ© le ministre.


Il a de mĂŞme fait savoir, que suite Ă  ces rĂ©unions, il a Ă©tĂ© convenu de mettre en place une plate-forme commune « Maroc-Afrique Centrale » dĂ©diĂ©e Ă  l’Ă©cosystème et qui sera soumise aux ministres des pays de la CEEAC.

Le ministre a, par ailleurs, mis en avant l’importance du SIEL qui a rendu possible la crĂ©ation de cette alliance, comme Ă©tant « un dispositif essentiel qui va permettre Ă  nos pays amis de l’Afrique centrale de travailler sur un espace plus grand que leur espace gĂ©ographique national », notant qu’en Ă©largissant ce marchĂ©, les pays de la CEEAC avanceront vers une industrie du livre et vers une production culturelle qui permettra une synergie entre les diffĂ©rentes Ă©diteurs de ces pays.

De son cĂ´tĂ©, la prĂ©sidente provisoire de l’Alliance des Ă©diteurs de l’Afrique centrale, Sylvie Ntsame, a soulignĂ© que cette convention a pour objectifs d’inciter les Ă©diteurs de l’Afrique Centrale Ă  travailler ensemble pour le rayonnement du domaine de l’Ă©dition et la gestion commune des questions relevant de ce secteur.

« Il s’agit d’un heureux aboutissement d’un processus que nous avons entamĂ© Ă  notre arrivĂ©e », a prĂ©cisĂ© Mme Ntsame, en sa qualitĂ© de directrice d’une maison d’Edition gabonaise, se disant heureuse de constater que tout le monde a le mĂŞme souci et le mĂŞme sentiment de crĂ©er une synergie des Ă©diteurs de l’Afrique Central et de dĂ©velopper l’industrie du livre.

La prĂ©sidente provisoire, a en outre, relevĂ© qu’en Afrique il y a beaucoup de problèmes dans ce domaine, faisant observer que « l’expĂ©rience marocaine va aider les pays de l’Afrique Centrale Ă  aller de l’avant pour promouvoir l’industrie du livre ».

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

Ă€ LA UNE
Retour en haut