International › APA

Lancement à Abidjan de la Foire de la Tabaski 2020

Le ministre ivoirien des Ressources animales et halieutiques, Moussa Dosso, a lancé lundi au complexe abattoir et marché à bétails de Port-Bouët, dans le Sud d’Abidjan, la Foire de la Tabaski 2020, avec un objectif de commercialisation de 100 000 petits ruminants et plus de 15 000 bovins.«Pour cette année, notre objectif de  commercialisation est d’atteindre 100 000 petits ruminants et plus de 15  000 bovins», a indiqué le ministre ivoirien des Ressources animales et  halieutiques, Moussa  Dosso, lors d’une cérémonie de lancement de la Foire de la Tabaski  Edition 2020.

L’année précédente, à cette même période,  l’objectif de commercialisation de 80 000 petits ruminants et 14 000  bovins a été atteint, a fait savoir M. Moussa Dosso, avant d’ajouter  qu’en 2018, il a  été commercialisé plus de 70 000 petits ruminants et 12 000 bovins.      

Des résultats réalisés grâce aux actions  conjuguées des commerçants et des importateurs, s’est félicité M. Dosso,  qui a salué la présence de M. Issiaka Sawadogo, le président de la  Confédération des  fédérations nationales des filières bétail et viande d’Afrique de  l’Ouest (Cofenabvi-Ao). 

Le ministre-gouverneur du District  d’Abidjan, Robert Beugré Mambé, a annoncé qu’en liaison avec les maires  des communes, plus de six lieux ont été instaurés pour permettre aux  musulmans d’aller acquérir  leurs bêtes en vue du sacrifice.  

Il s’agit des sites d’Adjamé situé à la «  la casse », de l’espace du Carrefour Sébroko où il y a deux sites (l’un  contiguë à Adjamé et l’autre à Attécoubé), ensuite le site de Yopougon,  l’abattoir  de Port-Bouët, puis un grand espace aménagé à Anani, a précisé M.  Robert Mambé.

Cette année, soulignera-t-il, est « un  début (pour le site) à Anani, mais à partir de 2021 et les années à  venir, nous ferons en sorte que ce site prenne de plus en plus de  d’importance dans la fête  de la tabaski » en vue d’un approvisionnement massif du marché ivoirien  en bétails.

La fête de la Tabaski se déroule cette  année dans un contexte lié à la pandémie de la Covid-19, ce qui réduit  la mobilité des acteurs de la filière bétail et viande. Pour passer les  frontières, il  faut surtout des autorisations particulières.  

M. Dosso qui a révélé être entré en  contact avec l’ambassade du Burkina Faso, a assuré que des dispositifs  en vue du dépistage à la Covid-19 des acteurs de la filière en  provenance de l’hinterland  seront mis en place afin qu’ils ne soient pas mis en quarantaine, une  fois dans leur pays.

Son département, poursuit-il, réfléchit  afin que les tests de la Covid-19 se fassent notamment en Côte d’Ivoire,  au Mali et au Burkina Faso, en accord avec le District d’Abidjan et les  différents  ministères impliqués pour qu’ils aillent et viennent sans difficulté.    

Il a, par ailleurs, insisté sur les coûts  des bêtes afin que les prix proposés aux consommateurs soient  «totalement bas pour leur permettre de passer les meilleures fêtes »,  invitant les fédérations  nationales et régionales de bétails à faire des offres « abordables et  étudiées ».    

La fête de la Tabaski consacre le  sacrifice d’Abraham communément appelé « sacrifice du mouton ». La Côte  d’Ivoire, elle, s’approvisionne principalement auprès du Mali et du  Burkina Faso. L’élevage,  au plan régional, constitue « au moins 30% de la masse monétaire ».  


L’Info en continu
  • Cameroun
  • Afrique & Monde
Toute l’info en continu
À LA UNE


SondageSorry, there are no polls available at the moment.
Back top
error: Contenu protégé