Société › Kiosque

Lancement du Prix Bibi Ngota du journalisme contre l’impunité en Afrique

Initié en mémoire du défunt journaliste camerounais Ngota Ngota Germain Cyrille, ce nouveau concours est doté de la somme de 1 000 dollars américains

Pour la petite histoire, Bibi Ngota fut jusqu’avant sa mort le rédacteur en chef du journal Cameroun Express dont il était le fondateur. Détenu pour un délit de presse à la prison de Kondengui, il y avait rendu l’âme le 22 avril 2010. Bibi Ngota avait été arrêté avec certains de ses collègues le 10 mars, un peu plus d’un mois avant son décès. On lui reprochait la divulgation de documents compromettant des personnalités importantes de son pays. Ces documents indexaient un haut responsable encore au pouvoir au Cameroun. La détérioration de son état de santé avait nécessité son admission à l’hôpital pénitentiaire où il a rendu son dernier soupir. Comme le souligne Camer.be, sa mort aura uni les journalistes, dans un élan de solidarité professionnelle sans précédent que ce prix entend perpétuer.

La date commémorative du décès de Bibi Ngota qui a lieu le 22 avril, sera désormais consacrée à la proclamation des résultats de ce concours continental. Ne seront pris en compte que les articles publiés l’année précédant celle de l’attribution du prix. Par ailleurs, une mention spéciale sans dotation financière est ajoutée au prix. Elle consiste en une récompense spécifique attribuée à un journaliste camerounais dont le travail n’aura pas été couronné. Les professionnels de l’information tenant à participer à l’édition initiale du Prix Bibi Ngota du journalisme contre l’impunité en Afrique sont tenus de soumettre leurs articles à l’adresse suivante: «bibingota@tribunalarticle53.com». Le nouveau prix est destiné aux hommes des médias africains basés en Afrique ou dans la diaspora mais aussi aux non-Africains travaillant dans les médias occidentaux ayant écrit sur l’Afrique, précise le site Internet Camer.be. Il est permis aux journalistes intéressés et désireux de concourir de réaliser plusieurs soumissions en même temps, précise le communiqué qui ajoute que les soumissions en français et en anglais seront acceptées et pourront être faites par les journalistes eux-mêmes, leurs collègues ou leur rédaction.

Le jury sera composé de six personnalités qui seront désignées chaque année. La liste de ses membres ne sera «publiée qu’en cas de nécessité». Quant à la désignation du lauréat, elle se fera au vote de la majorité des membres du jury. Et, au cas où la majorité ne serait pas acquise par vote, le président du jury déciderait par un double vote quel candidat serait le lauréat, précise l’organisation. La date butoir du dépôt des articles d’investigation ou d’analyse traitant des sujets relatifs à l’impunité dans ses aspects économiques, juridiques, politiques, sociaux, droits humains, etc., sur le continent, publiés entre janvier et décembre 2011, est fixée au 22 mars.


À LA UNE


SondageSorry, there are no polls available at the moment.
Back top
error: Contenu protégé