Politique › Institutionnel

L’armée camerounaise tue dix éléments de Boko Haram

Tel est le bilan des combats menés par les forces de défense vendredi dans la localité de Djibrilli

Une dizaine d’éléments présumés de la secte islamiste Boko Haram ont été tués vendredi soir dans la localité de Djibrilli (Extrême-Nord), au cours de violents combats avec l’armée camerounaise, a-t-on appris de source sécuritaire.

Cette source, qui ne précise pas si des pertes en vies humaines ont également été enregistrées du côté des forces de sécurité, évoque une tentative d’infiltration terroriste en territoire camerounais en provenance du Nigeria voisin.

Quelques heures plus tôt, un double attentat-suicide, attribué à Boko Haram, a fait 20 morts et 52 blessés au marché périodique de Memé situé non loin de la chefferie de la localité.

Cette série d’assauts intervient quelques jours après que l’armée camerounaise a affirmé avoir « anéanti » un poste de commandement de la secte islamiste dans la localité nigériane de Ngoshe, qui tenait également lieu d’officine de fabrication de bombes et de mines.

Dénommée «Arrow Five», cette opération, effectuée en collaboration avec l’état-major des forces armées nigérianes et placée sous la bannière de la Force multinationale mixte regroupant les 5 pays de la ligne de front, a permis la capture de 162 jihadistes.

Pendant le ratissage de l’armée, 15 otages camerounais dont 7 membres d’une même famille ont été libérés et ramenés à l’intérieur du territoire national.

Selon le porte-parole du gouvernement, Issa Tchiroma Bakary, le Cameroun est plus que jamais engagé dans l’anéantissement de Boko Haram qu’il entend réduire à sa plus simple expression.

Des militaires camerounais
Droits réservés)/n


L’Info en continu
  • Cameroun
  • Afrique & Monde
Toute l’info en continu
À LA UNE


SondageSorry, there are no polls available at the moment.
Back top
error: Contenu protégé