International › APA

L’attaque armée dans le nord-est ivoirien est un acte « terroriste » (Ministre)

Le ministre ivoirien de la Défense, Hamed Bakayoko, Premier ministre par intérim, a soutenu jeudi que l’attaque armée ayant visé un poste avancé des forces armées de Côte d’Ivoire à Kafolo, dans le nord-est du pays, est un acte « terroriste », face à la presse.M. Hamed Bakayoko, a évoqué cette attaque survenue jeudi, aux environs de 3h, et visé le poste mixte armée-gendarmerie de Kafolo (sous-préfecture de Sikolo), après une session du Conseil national de la sécurité sur la crise sanitaire de la Covid-19, à la présidence de la République. 

Selon un bilan de l’Etat-major des armées de Côte d’Ivoire, l’attaque a occasionné une dizaine de morts, six blessés et un assaillant tué. Le président de la République a présenté ses condoléances aux forces armées et aux familles endeuillées.

Citant le chef de l’Etat,  Hamed Bakayoko, a indiqué que le président de la République a « instruit l’état-major à faire en sorte que le calme règne dans cette région et qu’une enquête soit menée pour donner tous les éléments d’information par rapport à cet incident ».

« Une opération de ratissage est en cours en ce moment pour traquer et neutraliser les terroristes, auteurs de cette attaque », a fait savoir le ministre de la Défense, assurant l’intérim du Premier ministre ivoirien.

Cette attaque intervient quelques semaines après une manœuvre militaire des forces armées ivoiriennes et celles du Burkina Faso. «Représailles ou pas, il n’y a pas deux raisons, il n’y a pas deux causes », une attaque terroriste « c’est détruire, désorganiser les États et imposer un mode sociétal », a déclaré M. Hamed Bakayoko.

« Nous allons faire face à cette attaque et doter les soldats de moyens pour sécuriser le territoire », soulignera-t-il, faisant observer que les manœuvres militaires ivoiro-burkinabé s’inscrivent dans le cadre de la coopération entre les deux États et faire le point de toutes les attaques menées non loin de la frontière ivoirienne.

L’Etat de Côte d’Ivoire a « anticipé (cette attaque), mais de toute façon elle viendrait vers la Côte d’Ivoire, comme vous le savez les terroristes, aujourd’hui ce sont liés aux narco trafiquants (…) et ils cherchent des chemins de trafics », en vue d’avoir accès à un port, a dit M. Bakayoko. 

En tant que pays côtier, la Côte d’Ivoire est menacée, mais « je peux assurer que le niveau d’organisation de nos forces est tel que leur réponse sera rapide », a-t-il, noté, avant d’ajouter que les forces ivoiriennes sont déjà arrivées en renfort.

Des soldats de l’armée ivoirienne ont été déployés sur la zone. Dès vendredi, le ministre de la Défense annonce que les moyens aériens suivront. Et ce, pour appuyer les forces au sol afin de repousser les djihadistes. 

Les six soldats blessés au cours de cette attaque ont été évacués à Abidjan où ils ont été accueillis vers 15h au Groupement aérien de transport et de liaison (GATL) d’Abidjan par le ministre d’Etat Hamed Bakayoko.

La Côte d’Ivoire a été victime d’une attaque terroriste en mars 2016. Des terroristes avaient ouvert le feu sur des personnes sur une plage de Grand-Bassam, cité balnéaire située au sud-est ivoirien, faisant près d’une vingtaine de morts.


L’Info en continu
  • Cameroun
  • Afrique & Monde
Toute l’info en continu
À LA UNE


SondageSorry, there are no polls available at the moment.
Back top
error: Contenu protégé