Personnalités › Success Story

Le 3 septembre 1991, Mgr Yves Plumey, pionnier du catholicisme dans le Nord Cameroun fût assassiné à Ngaoundéré

3 jours durant, les fidèles de Ngaoundéré ont honoré sa mémoire

Le 3 septembre 1991, la nouvelle est tombée comme un couperet sur les ondes de la radio locale. Monseigneur Yves Plumey n’est plus, il a été retrouvé assassiné au petit matin par des inconnus dans sa résidence de retraite au foyer de la charité de Ngaoundéré où il passait une paisible retraite après avoir consacré toute sa vie dans la proclamation de la bonne nouvelle. Cela fait donc exactement 19 ans aujourd’hui et la communauté catholique du Grand-Nord se souvient encore comme si c’était hier de cette brutale disparition de l’archevêque émérite de Garoua qui était une figure de proue du christianisme dans la partie septentrionale du pays et même au-delà.

Il arrive au Cameroun en 1946, lorsque le Saint siège fait le constat selon lequel il n’y avait pas de missionnaires dans la partie septentrionale du Cameroun, dans une bonne partie du Tchad, du Niger et également en Oubangui Chari devenu aujourd’hui République centrafricaine. C’est alors que Rome décide de fonder une nouvelle mission pour le Nord Cameroun en demandant à la congrégation des missionnaires des Oblats de Marie Immaculée à laquelle il appartenait d’organiser une équipe qui viendra pour fonder l’Eglise dans toutes ces régions. Une tâche qui pouvait s’avérer a priori très ardue, lorsqu’on imagine à l’époque la forte implantation de la religion musulmane dans ce nouveau territoire qu’ils devaient conquérir.
Entre autres difficultés, l’immensité du territoire et son enclavement. Seulement 14 jeunes missionnaires de cette congrégation avaient été envoyés dans ce vaste territoire loin des côtes (Garoua situé à 1500 kilomètres de Douala) et une immense partie de Tchad, notamment Fort Lamy à l’époque devenu aujourd’hui Ndjaména. C’est ainsi qu’ils vont se répartir sur ce vaste territoire entre Ngaoundéré, Garoua, Yagoua et Fort Lamy.

Comme point de départ, ils vont retrouver un premier groupe de missionnaires qui avaient déjà été baptisés au sein du peuple Massa dans l’Extrême-Nord par les pères du sacré c ur du diocèse de Nkongsamba qui envoyaient déjà depuis 1935, des missionnaires dans le Nord pour faire des essais, mais qui ont du abandonner pour diverses raisons, en particulier à cause de la guerre. Cette région est donc restée sans missionnaires jusqu’à l’arrivée de la congrégation des missionnaires des Oblats de Marie Immaculée en 1945 qui ont pu dénombrer à l’époque près de 3 000 groupes de chrétiens qui avaient été baptisés en pays Massa.

Toujours au nombre des difficultés rencontrées par le groupe de missionnaires de Monseigneur Yves Plumey, la barrière linguistique. D’où le recours constant à des interprètes dans cette partie du Cameroun où l’on dénombre près de 25 langues principales. Mais progressivement, ces missionnaires vont courageusement apprendre certaines langues locales comme le Massa, le Fufuldé, le Gbaya, le Mundang ou encore le Toupouri entre autres. Après avoir consacré toute sa vie dans la proclamation de la bonne nouvelle, les fidèles catholiques du diocèse de Ngaoundéré et de Garoua ont bien voulu lui rendre hommage par la commémoration du 19e anniversaire de son assassinat. C’est ainsi qu’a eu lieu ce mercredi 1er septembre 2010 à Ngaoundéré, le début des manifestations avec une Messe et une exposition du Saint Sacrement. Le jeudi 2 septembre, les fidèles ont commencé par visionner le film de ses obsèques avant de suivre à 17h une conférence donnée par le Père Marcel Pierre. Pour le point d’orgue des manifestations, Une messe et un grand concert de musiques religieuses ont eu lieu à la Cathédrale Notre Dame des Apôtres de Ngaoundéré, animés par les Chorale Yves Plumey de la cathédrale Ste Thérèse de Garoua et Yves Plumey de la Fondation Yves Plumey de Ngaoundéré Marza. Un dépôt des gerbes de fleurs a également eu lieu sur les tombes de Nosseigneurs Yves Plumey et Jean Pasquier.

À LA UNE
Sondage

Un candidat de l'opposition a-t-il une chance de gagner la présidentielle 2018 au Cameroun?

View Results

Loading ... Loading ...
Retour en haut