Culture › Musique

Le bassiste camerounais Francis Mbappé parle de son 3ème album

C’était au cours au cours d’une conférence de presse donnée au domicile familial à Akwa à Douala. Entretien!

Pourquoi avoir intitulé ce 3ème album «peace is freedom »?
La paix, c’est la liberté, c’est un message simple et net qui dit que dans la vie quand on a la paix, on est libre. J’insiste sur la paix parce que la paix apporte le calme, quand il y a la paix, il n’y aurait pas la menace de l’Iran avec la bombe nucléaire. La paix est un mot crucial surtout pour les jeunes qui commencent à apprendre comment marcher dans la vie. Donc, la liberté et la paix vont ensemble, c’est-à-dire, si on n’a pas la paix, on ne peut pas avoir la liberté et vice versa. La paix est nécessaire parce que ça remet tout en ordre. Au Cameroun, il y a une certaine paix parce qu’on a une auto suffisance alimentaire, il n’y a pas de guerre ici, il y a la collaboration de plus de 200 ethnies qui ne se tuent pas

A quel public s’adresse votre musique?
Je pense que j’ai essayé de faire cet album pour le monde entier. Je ne l’ai pas fait pour l’Afrique, ni pour l’Europe, non plus pour l’Amérique, mais pour le globe. J’ai besoin que les gens comprennent les messages assez forts de cet album pour pouvoir sensibiliser le brésilien au Brésil, l’américain en Amérique, le français en Europe et le camerounais au Cameroun.

Quels sont justement les messages que vous abordez dans l’album?
L’album s’ouvre avec la liberté et se clôture avec la paix. A l’intérieur de l’album, il y a d’autres messages, l’amour, des trucs drôles du genre «lion kola», la kola du lion. Je ne sais pas si on connaît ça ici? Un ami m’a raconté cette histoire et ça m’a fait tellement rigoler que j’ai trouvé que je devais faire un titre là-dessus. (Rires).

Francis Mbappé, le bassiste
Journalducameroun.com)/n

Vous disiez aussi que cet album est la consécration de 20 ans de recherches musicales?
Oui, c’est le défilement de tout de ma vie, de toute ma carrière, la réunification de tout ce que j’ai étudié pendant toutes ces années.

Est-ce que votre choix de vendre le CD à 3 500 F CFA peut être considéré comme une façon pour vous de lutter contre la piraterie au vu du coût de sa production?
Exactement, c’est pour dire aux pirates que quoi qu’il arrive, on est là, on se battra très fort. C’est pour apporter ma participation à l’art du Cameroun, et donc, ma contribution à la lutte contre la piraterie.


Journalducameroun.com)/n


L’Info en continu
  • Cameroun
  • Afrique & Monde
Toute l’info en continu
À LA UNE


SondageSorry, there are no polls available at the moment.
Back top
error: Contenu protégé