Culture › Mode

Le Cameroun à l’honneur au siège des Nations Unies

Un tambour spécial du Cameroun, le Ndek est exposé à New York dans le cadre de la commémoration de traite des esclaves.

Le 25 mars est la journée internationale de la commémoration de la traite transatlantique des esclaves. Cette année, pour la célébration de cet anniversaire, une exposition de tambours a été organisée au siège des nations Unies. Rompre le silence, tambour battant est le thème de cette expo qui a pour objectif d’illustrer la signification unique et durable du tambour en tant que lien entre les descendants des anciens esclaves d’origine africaine et la Mère Afrique. Le fil conducteur est le voyage du tambour, de l’Afrique aux Amériques, par le biais du la traite transatlantique des esclaves, qui a duré près de 400 ans. La collection de tambours présentée comprend un large éventail de tambours séculiers, sacrés, religieux et non religieux, cérémonieux, ludiques et parlants, principalement du Cameroun et des Caraïbes. Des tambours appartenant à l’ancien maître nigérian légendaire, Babatunde Olatunji, ont été exposés.

Coupure du ruban symbolique
Journalducameroun.com)/n

À l’occasion de cette exposition, le Gouvernement du Cameroun a envoyé à New York une délégation de 30 artistes, experts et hauts fonctionnaires, conduite par la Ministre de la culture du Cameroun, Mme Ama Tutu Muna. Une des artistes de la délégation, Mme Pauline Andela Tsala, âgée de 76 ans est une des dernières pratiquantes de la tradition du tambour parlant; elle est réputée pour sa capacité extraordinaire à déchiffrer et traduire les rythmes et les lignes des battements de tambour, avec le code Morse. Elle jouera un tambour très spécial envoyé par avion du Cameroun pour cette exposition; il s’agit du Ndek, un tambour de 230 ans, pesant 400 kilogrammes, et réputé être l’âme du peuple Gounoko du nord-ouest du Cameroun. Cet objet rare et sacré était utilisé pour envoyer des signaux aux jeunes Gounoko dans un rayon de 16 kilomètres afin de fuir les guerres et de se protéger des esclavagistes.

Comme personnalités invités à cette cérémonie,lLe Secrétaire général de l’ONU, M. Ban Ki-moon; le Secrétaire général adjoint à la communication et à l’information de l’ONU, M. Kiyo Akasaka; la Ministre de la culture du Cameroun, Mme Ama T. Muna; et M. Howard Dodson, Directeur exécutif du Schomburg Center for Research in Black Culture, partenaire de cette exposition.


Journalducameroun.com)/n
À LA UNE
Sondage

Un candidat de l'opposition a-t-il une chance de gagner la présidentielle 2018 au Cameroun?

View Results

Loading ... Loading ...
Retour en haut