Sport › Football

Le Cameroun abrite l’académie CAF pour l’Afrique centrale

La nouvelle structure devrait servir de centre de formation pour toute la sous-région Afrique centrale

C’est à Mbankomo à 25km de Yaoundé, la principale ville du pays, que se trouve la toute nouvelle académie de la Confédération africaine de football (Caf) récemment achevée. Logée dans un environnement calme, elle est un lieu approprié pour la concentration des acteurs des sports de haut niveau. Un embranchement de 3km entièrement bitumée, permet d’y accéder à partir de la route principale. C’est en Mai 2003 alors qu’il préparait déjà sa réélection, qu’Issa Hayatou le président de la CAF en a fait l’annonce au premier ministre de l’époque Peter Mafany Musongè. Le Cameroun avait été retenu contre le Gabon et la Guinée Equatoriale.

Le complexe comprend un hôtel de 20 chambres, deux terrains de football dont l’un en gazon artificiel, un bâtiment administratif, deux piscines, un terrain multisports et un forage d’eau potable. Il s’étend sur une superficie de près de23 hectares. Bien que branché au réseau de distribution de l’énergie électrique locale, il dispose en plus de trois générateurs pour pallier toute panne électrique. Du fait des lenteurs administratives au niveau du Cameroun, les travaux avaient débuté seulement en décembre 2006. L’académie de Yaoundé est, avec celle de Dakar au Sénégal et Adis Abeba en Ethiopie, l’une des trois académies régionales dont la construction est déjà achevée. Les académies de la Tunisie, du Ghana et de la Zambie sont toujours attendues.

La création des académies de la CAF entre en droite ligne dans le programme qui vise un développement harmonieux du football sur le continent. Elle a la capacité, en dehors de sessions de formation propres à la CAF, d’accueillir d’autres regroupements de sportifs africains. Elle servira de base régionale à toute l’Afrique Centrale. Selon Mustapha Famy Secrétaire Général de la confédération, l’objectif des académies ainsi créées, est « de parfaire la formation des experts de notre continent dans les aspects de notre sport roi ». Ainsi, seront régulièrement menées dans ces institutions avec la participation et la contribution des pays membres de la sous région, des sessions de formation de la Caf sur l’administration, la médecine du sport, l’entraînement et l’arbitrage, le marketing, les nouvelles technologies. Les fonds générés à l’issue de l’organisation de différents évènements sportifs à caractère public ou privé, devraient permettre à la structure de garantir une certaine autonomie financière.

Deux principaux fonds ont contribué à la réalisation de l’édifice. Il faut y ajouter la contribution des pouvoirs publics camerounais qui ont cédé l’espace requis et on accordé quelques facilités. «Nous devons une fière chandelle au gouvernement camerounais, qui nous a permis de réduire les coûts de cette opération en exonérant des taxes douanières l’ensemble des travaux et des matériaux nécessaires à l’édification de l’académie», s’est réjouit Issa Hayatou, interrogé sur ses sentiments. Au plan financier pur « l’apport de la Fédération internationale de football association (Fifa) aura été d’environ 1,8 million de dollars sur un total approximatif de six. Le reste est sorti des caisses de la Confédération africaine de football.

Académie Caf de l’Afrique centrale, situé à Mbankomo près de Yaoundé

caf.fr)/n

À LA UNE
Retour en haut