Santé › Actualité

Le Cameroun célèbre la lutte contre le VIH/Sida

Ce 1er décembre, jour de commémoration va marquer la clôture de plusieurs activités à travers le pays

De nombreuses manifestations organisées
Le Cameroun de concert avec la communauté internationale célèbre ce mardi 1er décembre 2009 la 21ème journée de la lutte contre le VIH/SIDA. Cette célébration marquera la fin de plusieurs jours d’activités à travers le pays, au cours desquels les campagnes de dépistage gratuit et de sensibilisation ont été intensifiées. Des marches étaient prévues ce jour à Yaoundé et un concours coorganisé par le ministère de la culture et l’agence française de coopération primera ses lauréats ce soir au centre culturel français de Yaoundé. Cette effervescence est l’occasion comme chaque année, de se mobiliser contre cette pandémie qui fait 6000 victimes par jour dans le monde et particulièrement en Afrique, d’informer encore et toujours sur les méthodes de prévention, de lutter contre les discriminations et de penser à tous ceux qui n’ont pas encore accès aux traitements. Le thème de la Campagne mondiale contre le SIDA pour la période 2005-2010 est : Préserver mon droit,  » Arrêtons le SIDA. Tenons notre promesse ».

Beaucoup d’efforts fournis pour peu de résultats
En 1988, l’Assemblée générale a exprimé sa vive préoccupation à propos de la pandémie du sida. Relevant que l’OMS avait proclamé le 1er décembre Journée mondiale du sida, l’Assemblée a souligné l’importance de cette manifestation (résolution 43/15). 21 ans après, c’est la déception pour de nombreux malades et proches de malades, victimes de cette pandémie. Les statistiques de la maladie au Cameroun n’échappent pas à l’analyse de la situation mondiale, avec certes les spécificités des réalités locales. Malgré des années de programmes et des milliards de FCFA affectés à la lutte contre le Sida, les résultats restent en deçà des attentes. Selon un récent rapport de l’organe des nations unies en charge des questions de Sida (UNAIDS), une moyenne de 540 000 personnes vivent avec le sida au Cameroun, dont le tiers est constitué des femmes, principalement âgées entre 19 et 24ans. La maladie selon les officiels du ministère de la santé, est devenue la première cause de mortalité des jeunes. Les acteurs impliqués dans la prévention et la lutte contre le sida expliquent ce taux élevé par des facteurs d’ordre économique et socioculturel, principalement liés à la vie des filles de cette tranche d’âge.

Des divergences sur la réalité sociale de la maladie au Cameroun
Selon Nestor Ankiba, directeur exécutif de l’Association camerounaise du marketing social (ACMS), une organisation non lucratif qui facilite l’accès à l’information des populations dans le domaine de la santé au Cameroun, « C’est une tranche d’âge plus ou moins naïve, la plupart des jeunes filles de cet âge ne sachant pas souvent ce qu’elles font ». Une thèse que réfutent certains anthropologues du comportement, qui estiment que la jeune camerounaise principalement concernée, c’est-à-dire celle qui vit en zone urbaine, vit une réalité sociale qui la prépare à faire face à cette situation. Pour ces observateurs, affirmer que c’est la précarité des conditions de vie qui expose le plus les jeunes filles, pose un double problème. De nombreux garçons du même âge vivent dans des conditions semblables et parfois plus dures. Si l’on ramène l’argument de l’intervention des « sponsors » comme vecteurs principal de transmission chez la jeune fille au Cameroun, cela revient à dire que la plupart des personnes qui ont des moyens financiers sont atteintes de la maladie, une situation assez grave lorsqu’on l’envisage.

Une situation susceptible de s’aggraver
Ce sont ces types de contradictions intellectuelles qui rendent inopérant les vastes campagnes de lutte contre le sida au cameroun. Quelques jours d’activités et une grosse manifestation ne suffisent plus à contenir un mal qui gagne chaque jour du terrain. Depuis la déclaration du premier cas en 1985, de nombreuses personnes sont mortes où ont perdu un membre de la famille suite au SIDA. Rien que pour l’année 2007, les autorités sanitaires on enregistré 39 000 décès et près de 300 000 orphelins du VIH/SIDA. Une situation qui malheureusement pour les experts connaitra une hausse dans les années à venir. Le contexte de crise financière internationale et les perspectives de reprise très faible pour les années à venir risque d’influer sur la part de budget allouée à la lutte contre le Sida. Rappelons que depuis le début de l’épidémie de sida, ce sont 25 millions de personnes dans le monde qui sont mortes du sida, alors que presque 60 millions ont été infectées par le VIH.

Siège de Synergies africaines, à Yaoundé
Journal du Cameroun)/n
À LA UNE
Sondage

Un candidat de l'opposition a-t-il une chance de gagner la présidentielle 2018 au Cameroun?

View Results

Loading ... Loading ...
Retour en haut