Personnalités › Diaspora

Le Cameroun était la seconde patrie de Claudy Delessert

Il a tellement aimé le Cameroun, au point d’y laisser sa vie. Une belle histoire d’amour qui s’achève malheureusement en larmes de douleur

Un épilogue tragique inimaginable il y a une dizaine d’années, lorsque le Vaudois effectue son premier voyage au Cameroun. Le technicien retraité est alors séduit par ce pays placé au c ur de l’Afrique. Il multiplie ses séjours dans cette «Afrique en miniature», où une belle fée nommée Alphonsine Asigena le hante. Huit années de vie commune couronnées en 2007 par un passage devant monsieur le maire. Suffisant pour nourrir sérieusement le projet de s’installer au Cameroun et recommencer une nouvelle vie. Pour ce faire, le natif de Forel Lavaux – VD veut d’abord se construire une maison dans la capitale camerounaise. En décembre 2009, pendant leurs vacances à Yaoundé, le couple Delessert précise la faisabilité de ce projet. La venue à Yaoundé le 30 mars dernier de Claudy Michel Delessert avait, entre autres but, de booster les travaux de construction de cette maison tant voulue. La mise en route d’autres projets devaient suivre. D’aucuns parlent de la création d’un verger, qui aurait permis d’aboutir à la mise en place d’une unité de transformation des produits fruitiers.

Un homme sans histoire
A 66 ans sonnés, Claudy Michel était un homme sans histoire. Il n’était pas rancunier; il était ouvert, témoigne son épouse. Le suisse fumait beaucoup. Ce qui pouvait en faire un sujet parfois nerveux. Mais, tout rentrait rapidement à l’ordre après un moment tendu, explique l’épouse éplorée. Le défunt laisse un grand vide autant au Cameroun qu’en Iverdon – Lesbains (Suisse). En effet, sa belle famille rencontrée à Yaoundé est inconsolable. Son épouse rencontrée après la mise en bière au Cameroun ne trouve pas les mots pour signifier sa douleur. Les deux enfants et les petits enfants du défunt n’en reviennent toujours pas. Les obsèques de Claudy ont eu lieu le 27 avril dernier dans sa terre natale. Claudy Michel était en forme. Il était encore solide. Il s’en est allé alors qu’il avait encore beaucoup à donner.

Une information judiciaire ouverte au tribunal de grande instance de Yaoundé
La police judiciaire a longtemps bouclé son enquête. Elle a conclu à un crime flagrant. Compte tenu des faits qui sont criminels et des exigences du nouveau code de procédure pénale, le dossier a été transmis au président du tribunal de grande instance de Yaoundé; celui-ci a coté le dossier à un juge d’instruction, explique Me Belmond Riyad, conseil de la veuve Delessert. A l’en croire, on est encore dans la phase secrète de la procédure. Les résultats de l’information judiciaire seront connus par une ordonnance du juge. En attendant, il est bon de savoir que ces poursuites judiciaires sont déclenchées depuis la constatation -certainement suivie de la dénonciation – par l’hôtel. Et l’action publique a été enclenchée automatiquement. L’action civile de la veuve Delessert vient simplement s’y joindre. L’épouse du défunt se constitue donc partie civile dans la procédure judiciaire en cours. De fait, à son arrivée au Cameroun le 09 avril 2010, la veuve Delessert trouve que l’enquête au niveau de la police judiciaire est pratiquement bouclée. Qu’à cela ne tienne, elle a été entendue à la suite de l’accusé, explique le conseil de la veuve. Selon des indiscrétions, les responsables de l’hôtel employeur du présumé coupable devraient être entendus, si cela n’est pas encore fait.

Claude Delessert
Intégrations)/n
À LA UNE
Sondage

Un candidat de l'opposition a-t-il une chance de gagner la présidentielle 2018 au Cameroun?

View Results

Loading ... Loading ...
Retour en haut
error: Contenu protégé