› Santé

Le Cameroun lance la 5è campagne de vaccination contre le Covid-19 malgré la réticence de la population

Le Cameroun lance une nouvelle campagne de vaccination
Le ministre de la Santé publique, Manaouda Malachie, recevant le vaccin anti Covid-19

Cette opération d’immunisation se déroulera du 18 au  27 novembre 2022 sur l’ensemble du territoire national.

Près de 5860 équipes de vaccination vont se déployer dans les aires de santé dès ce vendredi 18 novembre. Ce sera dans le cadre de la cinquième campagne d’intensification de la vaccination contre le Covid-19 au Cameroun. Pendant une dizaine de jours, des équipes vont mettre en œuvre les stratégies de sensibilisation et  la technique de vaccination dans le but d’assurer une couverture vaccinale optimale avant la fin de l’année en cours.

Cette campagne s’ouvre au moment où le Covid-19 est en perte de vitesse au Cameroun. Les chiffres du ministère de la Santé publique et du Centre national des opérations de santé publique affichent zéro patient pris en charge dans les formations sanitaires, zéro cas grave. Le compteur présente 124 485 cas positifs depuis mars 2020, une augmentation de 1 214 cas actifs à la 34è semaine épidémiologique, 122 084 rémissions et 1965 décès. Le taux de guérison est de 98,4%, le taux de létalité de 1,6% et le taux de sévérité est de 00%.

 La situation n’est pas préoccupante mais les autorités sanitaires tiennent à atteinte l’immunité collective. L’objectif global est d’atteindre une couverture vaccinale de 20% en décembre 2022 pour prévenir un éventuel retournement de la situation.

Cependant, depuis l’introduction du vaccin au Cameroun, la majorité de la population est réticente et les polémiques autour du vaccin persistent. Les uns et les autres avancent plusieurs raisons pour éviter de se faire vacciner. Entre autres arguments, des Camerounais avancent la théorie du complot, les effets secondaires dont le risque de stérilisation, les restrictions liées aux cultures et traditions, sans oublier la thèse selon laquelle la pandémie n’existerait pas ou qu’elle n’existerait plus au Cameroun.

A ces différents obstacles, le Programme élargi de vaccination  du ministère de la Santé publique travaille en collaboration avec les leaders communautaires, les responsables d’administrations pour convaincre les personnes réticentes. Ainsi, cette compagne est une occasion pour chacun de prendre une dose du vaccin Johnson and Johnson, Pfizer ou Sinopharm. Ce sera soit une première dose, soit une dose de rappel ou encore une dose booster.


À LA UNE


SondageSorry, there are no polls available at the moment.
Back top
error: Contenu protégé