› Eco et Business

Le Cameroun ne transforme que 2% de sa production de coton

Le pays est pourtant le 5e producteur africain de coton selon une étude de la Banque mondiale et de la coopération allemande

Cinquième pays africain producteur de coton, le Cameroun ne transforme que 2% de sa production locale. Selon une étude de la Banque mondiale et de la coopération allemande, le secteur cotonnier du pays ne compte qu’un seul acteur sur le segment de la transformation. La Cotonnière industrielle du Cameroun (CICAM), est la société qui s’occupe de la transformation cotonnière dans le pays.

La compagnie publique ne transforme annuellement que 1600 tonnes de fibres qui servent à la production de 1500 tonnes de fils souligne l’étude. 8000 km de tissus écrus et 300 tonnes d’éponge, sont également les produits issus annuellement de la transformation du coton par la CICAM, indique cette enquête de la Banque mondiale et de la coopération allemande au Cameroun.

Même si la compagnie s’est dotée d’un programme d’investissement de 5,5 milliards de francs Cfa, il est peu probable, sauf injection massive de capitaux et mise en uvre d’un plan de développement audacieux, que le Cameroun se mue en puissance textile dans un futur proche. Cette situation est d’autant plus paradoxale que le Cameroun se classe au cinquième rang africain des producteurs africains de coton derrière le Burkina Faso, le Mali, la Côte d’Ivoire et le Bénin.

Afin de booster la transformation du coton au Cameroun, certains observateurs estiment qu’il serait judicieux de rompre avec le monopole de la CICAM et faire appel à des investisseurs privés.

Selon les prévisions officielles, la campagne cotonnière actuellement en cours dans le pays devrait déboucher sur une production de 265 000 tonnes.


DR)/n
À LA UNE
Sondage

Un candidat de l'opposition a-t-il une chance de gagner la présidentielle 2018 au Cameroun?

View Results

Loading ... Loading ...
Retour en haut