Sport › Football

Le Cameroun organisera la CAN 2021 aux dépens de la Côte d’Ivoire (Ahmad Ahmad)

Ahmad Ahmad le président de la CAF

Le Président de la CAF l’a fait savoir lundi au cours d’une interview accordée à la télévision panafricaine Afrique Media à Kinshasa.

Le Cameroun qui vient de perdre l’organisation de la CAN 2019 aura des chances de se rattraper en 2021. Contre toute attente le Comité exécutif de l’instance faîtière du football africain vient d’attribuer au pays de Samuel Eto’o l’organisation de cette compétition, et ce, aux dépends de la Côte d’Ivoire. La Côte d’Ivoire donnée favorite pour l’organisation de cette compétition en 2021 devra attendre 2023 afin d’organiser pour la deuxième fois de son histoire cette compétition.

« La Côte d’Ivoire ne sera pas prête en 2021 »

Ahmad Ahmad a  estimé que “la Côte d’Ivoire ne sera pas prête pour 2021”.  “Pour arranger les choses de manière humaine, il sera question pour la CAF de décaler toutes les CAN en donnant plus de chances au Cameroun, plus de  temps pour qu’il réalise toutes les infrastructures” a t-il ajouté.  Le président de la CAF promet aussi de suivre de prêt les autorités de Yaoundé afin qu’elles soient prêtes pour cette nouvelle échéance. Cette décision de retirer l’organisation de la CAN 2021 à la Côte d’Ivoire intervient cinq mois après le passage d’une mission d’inspection de la CAF dans le pays en Juillet 2018 . Pour Ahmad Ahmad, il  s’agit d’une décision prise à l’avantage du Cameroun qui a accompli de gros efforts et du président camerounais Paul Biya qui a fait preuve d’engagement et de ferme volonté dans l’atteinte de cet objectif..

Qu’est ce qui s’est passé vendredi dernier à Accra ?

Revenant sur le déroulement des travaux ayant abouti au retrait de l’organisation de la compétition au Cameroun, Ahmad Ahmad indique qu’aucun des 20 membres du Comité exécutif présent lors des travaux n’a plaidé en faveur du Cameroun.

Ce qui n’a pas marché au Cameroun

Le président de la CAF pointe du doigt le retard dans l’exécution des différents chantiers (routes, stades…). Selon lui certaines infrastructures affichaient encore un taux de réalisation de 55% à quelques  mois de la compétition. En plus des retards dans la construction de ces infrastructures, le responsable de la CAF a aussi évoqué l’insécurité  dans la partie anglophone du pays..

Éviter le lourd cauchemar de Cabinda

Si le monde du football garde encore en mémoire la tragédie de Cabinda, elle hante toujours à la CAF. En effet durant la CAN 2010 organisée en Angola,  la délégation du Togo avait  été mitraillée le vendredi 8 janvier 2010, alors qu’elle passait en bus la frontière entre le Congo-Brazzaville et l’Angola. Cette attaque avait été revendiquée par le Front de libération de l’enclave de Cabinda (FLEC), qui milite depuis 1975 pour l’indépendance de cette bande de terre enclavée entre la République démocratique du Congo (RDC) et le Congo-Brazzaville. Redoutant un Bis repetita d’un tel événement dans la partie anglophone où devaient se jouer certains matchs, la CAF a préféré une destination autre à celle du Cameroun.

 

À LA UNE
Sondage

Un candidat de l'opposition a-t-il une chance de gagner la présidentielle 2018 au Cameroun?

View Results

Loading ... Loading ...
Retour en haut