› Eco et Business

Le Cameroun prépare le 3e congrès consacré au riz en Afrique

Cette rencontre prévue du 21 au 24 octobre 2013 à Yaoundé sera axée sur «la science rizicole pour la sécurité alimentaire à travers le renforcement de l’agriculture familiale et l’agro-industrie en Af

AfricaRice, le centre du riz pour l’Afrique, basé à Cotonou au Bénin, informe de la tenue d’une rencontre africaine sur le développement du riz en Afrique. « Le développement du secteur rizicole et les filières associées aura un impact considérable sur la compétitivité des économies africaines et réduira le besoin de détourner les précieuses devises étrangères pour recourir aux importations » informe le communiqué de presse qui annonce cette rencontre, la 3e du genre. « Le Congrès fera le point des avancées de la science et de la technologie rizicole visant à améliorer les pratiques de production, de transformation et de marketing tout au long de la chaîne de valeur du riz en Afrique », indique le document. Selon cette même source, ce congrès qui va réunir les représentants des secteurs public et privé, des organisations de la société civile, des associations de paysans et des communautés de la recherche et de la vulgarisation engagés dans le développement du secteur rizicole en Afrique, sera aussi l’occasion de discuter des innovations institutionnelles, politiques et des investissements clés requis pour accroître significativement la production, la transformation et la commercialisation du riz en Afrique subsaharienne. Selon la même source, le riz, étant un aliment de base de certains pays africains, est maintenant aussi la source alimentaire qui croît le plus rapidement à travers le continent.

Une analyse effectuée par le Centre du riz en Afrique (AfricaRice) a révélé que le taux de croissance de la production de paddy en Afrique subsaharienne (ASS) est passé de 3,2% par an avant la crise rizicole (2000-2007) à 8,4% par an après la crise rizicole (2007-2012). L’analyse a également montré que le rendement moyen du riz en ASS a augmenté d’environ 30 % entre 2007 et 2012 et qu’il augmente à un rythme plus rapide que la moyenne mondiale. « Il s’agit là d’une nouvelle très encourageante, » a déclaré le Directeur général d’AfricaRice, Dr Papa Seck. « L’augmentation de la production rizicole résulte des investissements conséquents faits par les producteurs, les gouvernements, le secteur privé, la communauté scientifique et les donateurs pour développer le secteur rizicole en Afrique. » Dr Seck a souligné qu’il sera capital de maintenir cette tendance parce que la consommation de riz ne cesse d’augmenter en Afrique subsaharienne à un taux de 5% par an. Des prix élevés du riz à la fin de 2007 et 2008 avaient provoqué des émeutes de la faim dans plusieurs villes africaines dont au Cameroun. En conséquence de cette « crise rizicole », les gouvernements africains, aidés par la communauté internationale des donateurs, ont lancé des programmes ambitieux pour accroître leur capacité de production de riz. Pour connaître les réponses de la production locale à ces mesures incitatives, AfricaRice a analysé les tendances de la production de riz sur l’ensemble du continent africain, en mettant un accent particulier sur ce qui s’est passé avant et après la crise rizicole de 2007- 2008. Les résultats de cette étude seront discutés lors de ce troisième Congrès du riz en Afrique, actuellement en préparation par AfricaRice et le gouvernement du Cameroun.

Le 3e congrès du Riz aura lieu à Yaoundé, capitale du Cameroun
À LA UNE
Retour en haut