Société › Société

Le Cameroun renforce sa stratégie de lutte contre les changements climatiques

Des experts ont présenté jeudi et vendredi au ministre de l’Environnement, des moyens pouvant permettre au pays d’étoffer sa contribution nationale dans le cadre de l’Accord de Paris

Le Cameroun se prépare pour l’entrée en vigueur de l’accord de Paris sur le climat prévue le 4 novembre prochain. C’est dans cette lancée que le ministre de l’Environnement, de la Protection de la nature et du Développement durable a rencontré du 06 au 07 octobre des experts dans le but de peaufiner des stratégies pour étoffer la contribution du pays à cette initiative.

L’une des démonstrations des assises de Yaoundé est que l’agriculture constitue la première source d’émission de gaz au Cameroun (76%). Viennent ensuite les énergies fossiles, les déchets et les procédés industriels. Pour diminuer ces émissions de gaz à effet de serre et pat ricochet s’adapter aux changements, le Cameroun va instituer une nouvelle politique agricole, qui va limiter la déforestation et la destruction de l’environnement. Pour y arriver, les agriculteurs sont invités à valoriser de plus en plus les ressources du milieu, assurer la gestion des eaux et l’utilisation des déchets organiques.

En ce qui concerne la production de l’énergie, le Cameroun va se retourner vers les énergies renouvelables au moins à 25%. Le coût de la mise en uvre de la Cdn du Cameroun est estimé à 55 000 milliards de dollars US (plus de 27 millions de milliards de Fcfa) à confirmer par des études en cours. Un budget qui sera couvert par des fonds externes, fournis en l’occurrence par les pays les plus pollueurs de la planète.

Le Cameroun a ratifié l’Accord de Paris en juillet 2016. En le faisant, il prenait l’engagement de réduire de 32% à l’horizon 2035 son empreinte carbone. Pour atteindre cet objectif, le Cameroun compte mettre en uvre sa contribution déterminée au niveau national (Cdn), qui comprend des orientations et des actions. Le Cameroun, a certes ratifié cet accord, mais n’est pas en tête de lice en ce qui concerne les pays les plus pollueurs de la planète. En 2010, il a émis 39 000 Teq Co2 (tonne équivalent carbone), pourtant, il avait à cette époque une capacité d’absorption de 76 000 Teq Co2.

Autrement dit, le Cameroun garde le Co2 produit par les autres pays. Des experts estiment que cela est dû aux vastes zones forestières dont regorge le Cameroun. «Grâce à la densité de sa forêt, le pays peut en plus des siens, absorber les gaz produits par d’autres Etats», affirmait à Cameroon Tribune, Timothée Kagombé, expert du ministère de l’environnement, de la protection de la nature et du péveloppement durable.

.


Droits réservés)/n
À LA UNE
Sondage

Un candidat de l'opposition a-t-il une chance de gagner la présidentielle 2018 au Cameroun?

View Results

Loading ... Loading ...
Retour en haut
error: Contenu protégé