Personnalités › Success Story

Le Camerounais Edouardo BB présente « bassa Panorama », son album

Ancien professeur de musique, avec cet album, il confirme sa reconversion!

Un retour triomphal
Eduardo BB est au Cameroun pour la présentation de son nouvel album à succès international « Bassa Panorama ». Sur Internet il présente également son nouveau clip « rosa » histoire de l’immigration. Un retour triomphal de l’artiste dont on dit qu’il est né sous le vent. Aujourd’hui âgé de 40 ans, l’artiste Camerounais brille par sa variété de rythmes. Il débute son initiation artistique à six ans avec ses amis de quartier, par admiration pour les aînés. Les percussions l’intéressent et à l’époque, faute de pouvoir s’en procurer, il fabrique sa première batterie. Grâce à deux membres de la famille, le petit garçon découvrira par la suite, les plaisirs de la guitare qui est devenue son principal instrument. D’origine Bassa (région Littorale du Cameroun), il restitue dans toute son authenticité la dynamique de l’Assiko. Ce rythme, ancestral Bassa, qui se danse vêtu d’un pagne, se caractérise par une souple rotation des reins, pieds nus en raison de la sollicitation des orteils. A l’extrême espièglerie de la guitare se combine la complicité d’une bouteille et une agile intimité de jeu de scène entre musiciens et danseurs.

Un début bien élaboré depuis 1990
C’est en 1990 qu’il fait son entrée effective dans l’univers musical et débute son projet. Il effectue alors des formations pour se diriger vers l’enseignement musical. Trois ans plus tard, il devient Professeur de musique dans divers établissements scolaires à DOUALA comme l’Ecole Française, l’Ecole Américaine, le Collège Libermann (école privée) et les S urs Servantes de Marie. Parallèlement, il participe à de nombreuses expériences musicales. Il sera tour à tour compositeur d’un générique diffusé par la radio FM 105 DOUALA, lauréat du premier Bouillon de Culture des Artistes Africains – DOUALA 1995, participant au spectacle de la Francophonie avec le «SAWA JAZZ» au Centre culturel français, membre du groupe de percussions HELELE, membre d’une chorale et chanteur du groupe de Jazz international «OPEN SOUND».

2001: une année décisive
2001 marque une étape importante dans sa carrière. Il est sollicité pour enseigner à l’université de DOUALA mais choisit d’abandonner l’enseignement pour aller en France s’ouvrir d’autres horizons. Une option qui s’avèrera payante. Entre 2001 et 2002, il intègre la compagnie d’art vivant «MAMY WATA» en tant que support musical, et intervient dans les conservatoires et à l’Académie internationale de danse Paris XVI. Il procèdera au cours de son évolution, à la création et la mise en place d’un Home studio. Il se met à l’apprentissage et à la maîtrise de l’informatique musicale en autodidacte. Dans ce nouveau rôle, il travaille à la composition et l’arrangement de plusieurs titres. En 2004, il sort une première maquette de 12 titres axés World Music. Ces influences jazz, classique reggae et variétés africaines lui donnent une certaine originalité. Il participe régulièrement en tant que musicien dans divers groupes. 2005 est l’année de la consécration. Son premier album sort sous le titre «La vie comme elle va». Les critiques s’affolent l’album est très bien perçu.

Une renommée désormais établie
Comme pour présenter toute l’étendue de ses capacités d’adaptation et de transformation, l’artiste travaille aux sensibilités diverses. Ce premier album revient à ses origines en 2008 sous forme de tous les rythmes de sa prime enfance. Dans un second album qu’il intitule à juste propos: « Bassa Panorama ». Edouardo B.B y bénéficie de l’expérience et du concours des musiciens les plus en vue de cette époque là au Cameroun. Une façon pour ces derniers de reconnaître en l’artiste un talent doublé d’un travail sérieux et, un excellent retour aux sources diront certains. Après le premier album plus world, «Bassa Panorama» est selon les critiques un très bel égrenage des mélodies et rythmes des traditions des « Ngola, Assiko, Makossa, Makounè et autres Essewe ». De temps en temps, on sent même passer des airs de Bikutsi (rythme du centre) et de Ben skin (rythme de l’ouest) entre les notes, ce qui laisse imaginer le prochain champ d’investigation de celui qu’on a surnommé le prospecteur des rythmes. Très recommandé dans l’album, le titre «MBOA» qui est une passionnante et nostalgique ode pour les terres de ses ancêtres. Eduardo BB fait son entrée dans la la cour des grands.

L’artiste Eduardo BB
google-images.com)/n



À LA UNE


SondageSorry, there are no polls available at the moment.
Retour en haut
error: Contenu protégé