› International

Le Congo se sent sous une triple menace de l’épidémie d’Ebola

Recouvert à 60 pour cent de forêts, le Congo serait sous une triple menace de l’épidémie d’Ebola qui sévit en Afrique de l’Ouest et en Rd-Congo voisine, selon les autorités sanitaires du pays

Pays recouvert à 60 pour cent de forêts, le Congo serait sous une triple menace de l’épidémie d’Ebola qui sévit en Afrique de l’Ouest et en République démocratique du Congo voisine, selon les autorités sanitaires congolaises. « Le Congo est sous une triple menace d’Ebola: nous sommes, premièrement, un pays endémique (forte présence d’écosystèmes forestiers); deuxièmement, la région de la Likouala (nord) est frontalière de l’Equateur, en RDC, où on a enregistré des morts d’Ebola; et troisièmement, il y a beaucoup de ressortissants de l’Afrique de l’Ouest qui arrivent chez nous et parfois clandestinement par les côtes », a indiqué vendredi le Dr. Jean-Vivien Moumbouli du Laboratoire national de santé publique.

Le Dr. Moumbouli et plusieurs autres médecins ont animé une formation initiée par le ministère de la Santé au profit des journalistes pour les mettre en première ligne de la sensibilisation et de la lutte contre Ebola.

Le Congo a connu plusieurs crises d’Ebola entre 2000 et 2005, la dernière, en 2005, ayant enregistré 106 cas dont 10 décès, notamment dans la région de la Cuvette-Ouest, dans le nord-ouest, qui abrite le plus grand parc du pays.

Les épidémies enregistrées au Congo ont fait également des victimes parmi les animaux.

« Avant 2001, le parc d’Odzala comptait au moins 40.000 grands singes. Après le passage de l’épidémie, nous n’avons recensé que 24.000 grands singes. On ne peut pas dire qu’ils ont été abattus par les chasseurs, mais décimés par Ebola, qui est une maladie dangereuse », a indiqué le Dr. Alain Ondzié de Word Conservation Society (WCS), une ONG américaine de protection et de conservation de la nature.

« Le réservoir d’Ebola semble se trouver dans les forêts et savanes de l’Afrique de l’Ouest et du Centre », croit savoir l’épidémiologiste Paul Boumandoki.

Les autorités ont mis en place un numéro vert
JDBrazza )/n


À LA UNE


SondageSorry, there are no polls available at the moment.
Back top
error: Contenu protégé