International › APA

Le discours royal de la marche verte et les relations économiques Maroc-Afrique eu menu des quotidiens et hebdomadaires marocains

Les quotidiens et hebdomadaires parus ce samedi se focalisent sur nombre de sujets notamment le discours royal de la Marche verte et les relations économiques du Maroc avec les pays africains.+Le Reporter+ affirme que le discours royal de la Marche verte est un discours où le Roi Mohammed VI « a pris tout le monde par surprise en s’adressant directement à l’Algérie pour lui faire une proposition historique : oser la paix ».

Ce n’est pas, certes, la première fois que le Souverain fait une offre de rapprochement à Alger, mais la proposition de ce 6 novembre est « inédite » et appelle l’attention sur plusieurs de ses aspects, précise l’hebdomadaire, expliquant que le Roi a suggéré un cadre, en l’occurrence « la création d’un mécanisme politique conjoint de dialogue et de concertation » , pour que cette proposition puisse être mise en œuvre concrètement.

Pour +Maroc Hebdo+, ce cadre aura plusieurs caractéristiques. La première d’entre elles a trait à la physionomie et à l’articulation de ce nouveau mécanisme, notamment les points suivants: un niveau de représentation responsable, parlant au nom des deux Etats et aidant ainsi à la recherche et à la finalisation des accords devant les lier, et un format approprié, autrement dit une méthodologie de travail pouvant être déclinée autour de commission sectorielle, précise l’éditorialiste.

Le Maroc a des idées en la matière et il ne propose pas un menu fixe mais plutôt à la carte: il est ainsi tout à fait réceptif à prendre bonne note d’ « éventuelles propositions et initiatives » de l’Algérie tant il est vrai qu’il s’agit, au final, d’arriver à des procédures et à des modalités de nature à mettre fin à l’impasse actuelle, qui n’a que trop duré, relève-t-il.

Faisant preuve d’une sagesse digne d’un homme d’Etat en tendant notamment une main chaleureuse au voisin algérien, le Souverain a incontestablement posé les socles d’une « décrispation durable » des relations bilatérales entre les deux pays, relève de son côté +Finances News hebdo+.

Comprendre cela, c’est comprendre qu’il « s’affranchit de l’arithmétique politicienne », dans l’intérêt exclusif des deux peuples, et plus globalement dans le souci d’édifier, enfin, un Maghreb uni et fort, estime la publication.

S’adressant à l’Algérie, et à travers elle à l’ensemble de son peuple et de sa direction, le Souverain a exprimé avec « une très grande sincérité » sa volonté pour bâtir une « union sacrée » basée sur un passé glorieux et avenir qui doit dépasser les « vicissitudes » du présent, écrit +Challenge+.

Le principe de la très haute considération qui doit être réservée au voisin a été invoqué en tant que « ciment d’une nouvelle ère pour un travail au service des peuples », explique-t-il.

Pour +L’Observateur du Maroc et d’Afrique+, le Maroc plaide depuis des années pour la normalisation des relations entre les deux pays en neutralisant le conflit du Sahara, soulignant que « cette main tendue est celle du bon sens », d’autant plus que dans le monde entier, la tendance est aux grands ensembles.

+La Vie éco+ aborde le chômage des jeunes citadins, dont le taux augmente de manière structurelle jusqu’à frôler les 45%. L’hebdomadaire déplore l’absence de recherches approfondies sur l’évolution démographique permettant de dégager des éléments de prévision notamment sur le nombre de jeunes qui atterriront dans le marché de l’emploi dans une dizaine d’année.

Ce travail de prospective n’ayant pas été fait en bonne et due forme, le Maroc se retrouve sans une idée précise des besoins et des problématiques qui surgiront au cours des décennies à venir, relève le journal.

+Le Matin+ se fait l’écho de la déclaration finale ayant sanctionné, jeudi à Marrakech, les travaux de la Première Conférence internationale sur «le phénomène salafiste» et qui a appelé à l’adoption d’une démarche scientifique lucide et précise pour pouvoir distinguer et identifier tout ce qui a été lié à mauvais escient au terme «salafisme», et à se pencher sérieusement sur la recherche des moyens de prévention et des outils de traitement appropriés pour faire face à tout ce qui a été diffusé suite à une mauvaise compréhension de ce concept.

Dans ce cadre, les oulémas africains participant à cette rencontre ont loué l’initiative du Souverain marocain relative au lancement des causeries sur Al-Hadith Ash-Sharif «Addourous Al Hadithia», diffusées par la chaîne Mohammed VI pour le Saint Coran «Assadissa» et la Radio Mohammed VI pour le Saint Coran.

Au volet économique, +L’Opinion+ fait savoir que le montant global des échanges commerciaux du Maroc avec le continent africain a augmenté en moyenne annuelle de 5% sur la période 2007-2017, pour se situer à 37,2 milliards de dirhams en 2017.

Par pays, les principaux clients africains du Maroc sont l’Éthiopie avec une part de 11% des exportations vers l’Afrique en 2017, l’Algérie (9%), la Mauritanie (8%), le Sénégal (8%), le Nigeria (7%) et la Côte d’Ivoire (7%). Les principaux fournisseurs africains du Maroc sont l’Algérie avec une part de 35% des importations en 2017, l’Égypte (29%), la Tunisie (14%), l’Afrique du Sud (6%) et le Nigeria (2%), précise le quotidien, qui se réfère eu projet de loi de finances 2019.

À LA UNE
Sondage

Un candidat de l'opposition a-t-il une chance de gagner la présidentielle 2018 au Cameroun?

View Results

Loading ... Loading ...
Retour en haut