› Eco et Business

Le Fida s’engage pour le développement de l’aquaculture au Cameroun

Le Fonds international de développement agricole s’est engagé lundi à promouvoir des entreprises aquacoles rentables et créatrices d’emplois dans les régions du Centre, du Littoral et du Sud

L’Etat du Cameroun et le Fonds international de développement agricole (Fida) se sont engagés, lundi dans la capitale du pays, Yaoundé, à la promotion des entreprises aquacoles économiquement rentables et créatrices d’emplois dans les régions du Centre, du Littoral et du Sud, a-t-on appris auprès des services compétents du ministère de l’Elevage, des Pêches et des Industries animales (Minepia).

Ledit programme, d’une durée de 3 ans et qui rentre dans le cadre du projet de promotion de entrepreneuriat aquacole, permettra la création de 300 entreprises de la filière dont 30% gérées par des femmes et 50% par les jeunes pour quelque 1500 emplois attendus.

Il ambitionne également d’encourager des projets ruraux, mais également de favoriser l’accès des aquaculteurs à des technologies appropriées de production, de transformation, de conservation et de faciliter leur accès à des marchés d’intrants et de produits dédiés.

Les bénéficiaires de cette initiative, dont le coût n’a toutefois pas été révélé, pourront ainsi accéder aux services d’encadrement et d’appui-conseil, mettre en place de manière un cadre stratégique et organisationnel favorable au développement d’une aquaculture rentable.

Selon les données officielles en 2014, la production halieutique (industrielle, maritime artisanale et continentale) du Cameroun était estimée à 184.000 tonnes contre 94.718 en 2013, année pendant laquelle 5000 tonnes de poisson ont été produites dans des unités suivies.


Droits réservés)/n
À LA UNE
Sondage

Un candidat de l'opposition a-t-il une chance de gagner la présidentielle 2018 au Cameroun?

View Results

Loading ... Loading ...
Retour en haut