International › APA

Le FMI promet un décaissement de 76,3 millions de dollars au Cameroun (officiel)

Le Cameroun va recevoir un décaissement de l’ordre de 76,3 millions de dollars de la part du Fonds monétaire internationale (FMI) au titre de la facilité élargie de crédit (FEC), a indiqué lundi le conseil d’administration de l’institution financière, au terme de la 3ème revue de l’accord triennal conclu par les parties en fin juin dernier.Ce déblocage porte le total des décaissements au titre de l’accord à environ 438,9 millions de dollars, sur un total de 667,8 millions de dollars représentant 175% de la quote-part du pays.

Dans le même temps, le conseil d’administration de l’institution financière a approuvé la demande des autorités locales d’une dérogation pour le non-respect du critère de réalisation relatif au plafond du financement net de la Banque des États de l’Afrique centrale (BEAC), ainsi que leur demande de modification de deux critères de réalisation relatifs au plafond des emprunts nets de l’administration centrale auprès de l’Institut d’émission, hors financement du FMI, et du critère de réalisation continu relatif aux nouveaux emprunts extérieurs non concessionnels contractés ou garantis par l’État.

Analysant les engagements pris par le Cameroun, le Fonds estime «globalement satisfaisante» sa performance dans le cadre de son programme appuyé par la FEC, la plupart des objectifs, à fin juin 2018, ayant été atteints et les réformes structurelles ayant progressé, avec leur achèvement dans les domaines clés du secteur financier qui avaient été retardées.

Au plan des marges de manœuvre budgétaires et extérieures de la Communauté économique et monétaire de l’Afrique centrale (CEMAC), le Fonds exhorte le gouvernement à s’attaquer à l’insuffisance des recettes et à maîtriser les dépenses d’investissement afin d’atteindre l’objectif de déficit fixé pour 2018.

Il sera essentiel, insiste-t-il, de mettre en œuvre de manière résolue le budget 2019, y compris les mesures visant à mobiliser des recettes non pétrolières, tout en éliminant progressivement les exemptions et en rationalisant d’avantage les dépenses, dans le but d’atténuer les risques liés à la situation sécuritaire difficile, à la volatilité croissante des prix des matières premières et à d’autres chocs sur la croissance.

Dans le même temps, les réformes du secteur financier doivent continuer à progresser, y compris une résolution effective des banques en difficulté et une réduction des créances en souffrance, et «d’autres réformes structurelles devraient porter sur les questions de gouvernance et l’amélioration du climat des affaires afin de soutenir l’investissement privé et accroître la compétitivité».

Le FMI s’inquiète néanmoins de l’augmentation rapide de la dette extérieure publique en 2018, du fait principalement de décaissements plus rapides que prévu de prêts projets étrangers. «Pour maintenir la viabilité de la dette, il est essentiel de limiter strictement les nouveaux emprunts non concessionnels et de s’attaquer à l’encours des prêts contractés mais non décaissés», préconise l’institution financière.

Le programme triennal du FMI vise à appuyer les efforts déployés par le Cameroun pour rétablir sa viabilité extérieure et budgétaire afin de jeter les bases d’une croissance durable, inclusive et tirée par le secteur privé.

À LA UNE
Sondage

Un candidat de l'opposition a-t-il une chance de gagner la présidentielle 2018 au Cameroun?

View Results

Loading ... Loading ...
Retour en haut