Société › Société

Le forum de l’emploi-jeune s’est ouvert à Ngaoundéré à l’initiative du FNE

L’édition 2013 prendra fin le 07 février pour laisser place à l’apothéose de la célébration de la 47ème édition de la fête nationale de la jeunesse

La 4ème édition de la semaine nationale de l’emploi-jeune a été lancée ce mercredi 5 février dans la région de l’Adamaoua par Abakar Ahamat, gouverneur de la région château d’eau du Cameroun. Devenu une tradition depuis quatre ans déjà, l’évènement mobilise les professionnels du secteur de l’emploi et les jeunes diplômés ou non, en quête d’un lendemain enchanteur. Cette année encore, on note la participation de plusieurs centaines de jeunes. Comment réussir l’insertion socioprofessionnelle des jeunes à Ngaoundéré ? Voilà une thématique au combien importante, compte tenu de la conjoncture actuelle, à laquelle leaders d’entreprises, bailleurs de fonds, responsables gouvernementaux, et chercheurs d’emploi seront confrontés durant ces trois jours des travaux. Ce forum dédié à l’emploi-jeune est l’initiative du Fond National de l’Emploi (FNE), agence de l’Adamaoua. Il vise surtout à cristalliser l’attention du jeune public, principale cible. C’est dans cette logique que le numéro 1 de la région, invite les « jeunes à capitaliser leurs connaissances afin de réussir leur vie professionnelle ».

Le forum de l’emploi met l’accent sur une orientation de base de qualité, gage d’un profil adéquat et rassurant. C’est pourquoi, plusieurs ateliers, conférence-débats et travaux divers portant sur la réalisation d’un business plan, montage de projets et création d’entreprises juniors, vont meubler cette semaine. Selon Edward Kotto, Chargé d’études au Fond National de l’Emploi-Adamaoua, « l’importance d’auto-emploi et surtout le développement des compétences et des capacités au travail » n’est plus à démontrer car le secteur informel représente une part considérable dans le PIB national. Le Fond National de l’Emploi, crée en avril 1990, s’avère être un organe accompagnateur de cette couche sociale désespérément écrasée par le désespoir et le poids de la société mercantiliste. Nombreux dans les universités et les instituts, ces jeunes suivent souvent une formation parfois en déphasage avec les réalités du marché de l’emploi au Cameroun. C’est dans cette perspective que Mme Françoise Belinga, Responsable de FNE-Adamaoua, renchérit que « les jeunes doivent être capables de convaincre les recruteurs non par leur diplôme, mais surtout par leur aptitude au travail et à l’intégration du milieu ». L’édition 2013 prendra fin le 07 février pour laisser place à l’apothéose de la célébration de la 47ème édition de la fête nationale de la jeunesse dont, la cérémonie officielle a été lancée dans la localité de Lagdo à 50 km au Sud de Garoua par le ministre de la jeunesse et de l’éducation civique Ismaël Bidoung Kpwatt. Le 11 février reste désormais un Rendez-vous historiquement daté et idéologiquement marqué dans la conscience juvénile nationale.

La bonne formation, un enjeu au Cameroun
G. Nicolet / Bios)/n
À LA UNE
Sondage

Un candidat de l'opposition a-t-il une chance de gagner la présidentielle 2018 au Cameroun?

View Results

Loading ... Loading ...
Retour en haut