› Eco et Business

Le français Engie suspend son projet de liquéfaction du gaz camerounais

Le groupe a expliqué les raisons de cette suspension en indiquant que les conditions du marché ne sont pas favorables au développement de grands projets

Le groupe français Engie a suspendu son projet de liquéfaction du gaz naturel (GNL) au large de la ville camerounaise de Kribi (Sud), expliquant que les conditions du marché «ne sont pas favorables au développement de grands projets» de ce type, a-t-on appris lundi.

Jadis connue sous le nom de GDF-Suez, cette entreprise avait, en janvier 2015, conclu avec la Société nationale des hydrocarbures (SNH), les sociétés franco-britannique Perenco et bermudienne Golar, un partenariat stratégique pour le développement d’un site d’exportation estimé à plus de 400 milliards FCFA.

Constitué d’une usine flottante, le projet a mobilisé, pour 1,3 milliard de dollars, la conversion et l’installation de liquéfaction d’un navire méthanier dénommé «Hili», dont les travaux ont été effectués dans les chantiers navals de Koppel (Singapour), doté d’une capacité de production de 1,2 million de tonnes annuels de GNL dont la première production destinée à l’exportation était prévue en mi-mai 2017.

L’usine flottante de Kribi, qui devait permettre la création de 1000 emplois en phase de construction et 100 emplois directs pendant l’exploitation, était annoncée pour produire en outre 30.000 tonnes de gaz domestique par an, ainsi que 5000 barils quotidiens de pétrole brut très léger communément appelé «condensat».

La SNH avait, dans la foulée, annoncé un autre projet de construction, toujours en partenariat avec Engie, d’une autre usine de liquéfaction de GNL de plus grande capacité (3,5 millions de tonnes annuels) sur le site de Mboro, situé non loin de l’unité de Kribi et dont les études d’ingénierie détaillée étaient en cours.


Droits réservés)/n


L’Info en continu
À LA UNE


SondageSorry, there are no polls available at the moment.
Back top
error: Contenu protégé