› Eco et Business

Le gouvernement justifie l’augmentation du prix des carburants

Le porte-parole du gouvernement a tenu une conférence de presse sur la question le 1er juillet

Le ministre de la Communication, Issa Tchiroma Bakary a tenu une conférence de presse hier relative en l’entrée en vigueur dès le 1er juillet 2014 de nouveaux prix sur les carburants. Si les litres de super, de gasoil ou de gaz domestique ont respectivement connu une hausse de 81 F, 80 F et 500 F CFA, le porte-parole du gouvernement a indiqué que cette révision ne correspond pas encore aux prix réels qui devraient être pratiqués. « La subvention aux prix pétroliers demeure. Elle est simplement réduite, dans une proportion, somme toute raisonnable, en tout cas, da nature à permettre au budget de l’Etat de mieux la supporter ».

L’urgence serait venue du constat de la pression de la subvention sur les finances publiques. Pression que le ministre a illustrée par quelques exemples. «Il importe en effet d’indiquer que le montant cumulé de la subvention de l’État aux prix des carburants à la pompe, soit 1 200 milliards de francs CFA de 2008 à 2013, correspond à 120% du budget d’investissement public de l’exercice 2014. Il équivaut à cinq fois le budget des Travaux Publics, quatre fois celui de l’Éducation de Base, des Enseignements Secondaires et de l’Enseignement Supérieur, tous les trois pris ensemble. Cette somme aurait par ailleurs permis de réaliser quatre barrages hydroélectriques, comme celui de Lom Pangar, six hôpitaux de référence, ou encore la construction de 2 400 kilomètres de routes bitumées », a-t-il détaillé.

On devrait donc s’attendre, dans les prochaines années, à une réduction progressive de l’appui de l’Etat sur les prix des carburants jusqu’à ce que la subvention soit réduit à une peau de chagrin. Le gouvernement camerounais affirme qu’avec l’argent dégagé, le pays pourra moins s’endetter auprès de bailleurs de fonds étrangers et investir davantage dans les grands projets, comme suggéré depuis 2008 (date de la dernière révision des prix), par le Fonds monétaire international.

La direction générale du Fonds monétaire international à Washington DC, contactée par Journalducameroun.com, a indiqué qu’elle réserve le commentaire des mesures prises par le gouvernement le 30 juin 2014 dans le cadre du prochain rapport de l’institution qui sera publié à l’issue des consultations avec le Cameroun au titre de l’article IV des statuts du fonds, prévu en mai 2015.

Les prix révisés le 30 juin 2014 par le gouvernement
– Un litre de super: 650 F CFA. (569 F CFA avant la révision des prix, soit une différence de 81 francs)
– Un litre de gasoil: 600 F CFA (520 F CFA avant la révision des prix, soit une augmentation de 80 F CFA)
– La bouteille de 12Kg de gaz domestique: 6500 F CFA (6000 F CFA avant la révision des prix, soit une augmentation de 500 F CFA)

Les prix «réels» sans toute forme de subvention, selon le gouvernement
– Un litre de super: 825 F CFA
– Un litre de gasoil: 770 F CFA
– Un litre de pétrole lampant: 705 F CFA
– La bouteille de gaz domestique de 12,5 Kg: 9230 F CFA

Lire l’intégralité du propos du ministre de la Communication lors du point de presse du 1er juillet 2014

Une partie des prix réels des carburant continue encore d’être supportée par le gouvernment, selon Issa Tchiroma Bakary
Droits réservés)/n


À LA UNE


SondageSorry, there are no polls available at the moment.
Back top
error: Contenu protégé