Société › Société

Le HCR demande une aide urgente pour les réfugiés nigérians au Cameroun, au Tchad et au Niger

Le Hcr a lancé vendredi un appel pour un accès humanitaire urgent aux réfugiés et déplacés

Alors que la violence qui mine le Nigeria s’étend désormais au Niger, au Cameroun et au Tchad, le Haut commissariat des Nations-Unies aux réfugiés (HCR) a lancé ce vendredi un appel pour un accès humanitaire urgent aux réfugiés et déplacés internes dans ces pays pour leur apporter l’aide d’urgence dont ils ont besoin.

« Nous sommes extrêmement préoccupés par la situation humanitaire, vu que plusieurs milliers de personnes, actuellement, ne bénéficient actuellement d’aucune assistance. Nous travaillons avec les autorités à déployer en toute sécurité les travailleurs de l’aide le plus rapidement possible et dans le même temps, nous préparons une évaluation rapide de la riposte. »

Au Cameroun, la situation est préoccupante, et nous avons des informations sur des massacres, des enlèvements et des violences dans la région de l’Extrême-nord du pays, frontalière avec le Nigeria.

Selon le HCR, une attaque la semaine dernière dans la ville frontalière de Fotokol, l’assassinat et l’enlèvement de plusieurs passagers d’un autobus local au cours du week-end sont les exemples les plus récents.

« L’insécurité rend encore plus difficile à nos équipes l’accès aux régions frontalières où les réfugiés arrivent et d’où nous les envoyons dans le camp de réfugiés de Minawao, à 120 km. »

« Depuis le début de l’année, plus de 9000 réfugiés nigérians ont fui au Cameroun et ont été transférés dans ce camp où ils reçoivent une aide d’urgence, comme des vivres, des soins médicaux, du matériel pour des abris et des articles ménagers de base comme des matelas, des couvertures et des ustensiles de cuisine ainsi que du savon. Le Hcr a recensé plus de 40.000 réfugiés dans l’Extrême-nord à ce jour et 32.000 d’entre eux ont été déplacés vers Minawao », a déclaré M. Edwards.

Selon cet officiel, la violence dans la région de l’Extrême-nord touche également des dizaines de milliers de résidents locaux. Alors que de nombreuses personnes se trouvent chez des parents et des familles d’accueil, il est difficile d’évaluer l’ampleur des déplacements internes.

Il a expliqué que le Hcr collaborait étroitement avec le gouvernement du Cameroun et les partenaires humanitaires pour déterminer l’ampleur de la situation et l’évaluer sur le terrain, identifier et localiser les déplacés et élaborer une riposte humanitaire.

Le Tchad, le Cameroun et le Niger ont engagé leurs forces armées pour lutter contre les militants, entre autres, dans le cadre de la « Communauté du Bassin du Lac Tchad », une organisation régionale qui comprend également le Bénin.

Les réfugiés et les rapatriés ont été reçus dans plusieurs sites dans la région du lac. Mais la sécurité est une préoccupation majeure pour toutes les agences humanitaires et pour les réfugiés eux-mêmes – dont la plupart se rendent au Niger plutôt que le site nouvellement identifié pour les réfugiés de Dar-es-Salaam (qui a une capacité d’accueil d’au moins 12.000 personnes mais n’en compte que 3000).

« Plusieurs réfugiés restent inaccessibles dans les diverses îles. Ce matin, nous avons reçu l’information qu’une nouvelle attaque meurtrière a eu lieu à Ngouboua, un village de la région du Lac Tchad où plusieurs réfugiés se trouvent. Nous tentons d’obtenir des informations supplémentaires », a déclaré M. Edwards.

Il a ajouté que le HCR au Tchad collaborait étroitement avec le Cnarr, les agences des Nations Unies et les partenaires pour apporter une assistance dans les domaines de la protection, de l’approvisionnement en vivres, de la protection des enfants, de l’assainissement et de l’abri. D’autres services comme l’éducation et les moyens de subsistance seront proposés quand plus de réfugiés seront installés.

Au total, la violence dans le Nord-est du Nigeria a provoqué la fuite de plus de 157.000 personnes au Niger (100.000), au Cameroun (40.000) et au Tchad (17.000). Il y aurait environ un million de déplacés internes à l’intérieur du Nigeria, selon l’Agence nationale de gestion des urgences de ce pays.

Des réfugiés nigérias au Niger
Getty Images/Fairfax Media)/n


L’Info en continu
  • Cameroun
  • Afrique & Monde
Toute l’info en continu
À LA UNE


SondageSorry, there are no polls available at the moment.
Back top
error: Contenu protégé