Politique › Institutionnel

Le HCR déplace 5 000 réfugiés nigérians au Cameroun

Le Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) a annoncé mardi avoir intensifié ses efforts pour reloger près de 5.000 réfugiés nigérians

Le Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) a annoncé mardi avoir intensifié ses efforts pour reloger près de 5.000 réfugiés nigérians au Cameroun, loin d’une ville frontalière suite aux attaques transfrontalières menées actuellement par les insurgés.

Un communiqué du HCR annonce que près de 100 réfugiés nigérians traversent au quotidien la frontière pour trouver refuge au Cameroun et que les réfugiés nigérians ont vécu dans la « psychose absolue » de l’insurrection.

L’agence a indiqué qu’elle avait déjà déplacé plus de 8600 réfugiés au cours des deux dernières semaines avec l’aggravation des combats transfrontaliers.

Elle avait indiqué que des insurgés avaient attaqué le 18 septembre une série de villages camerounais situés le long de la frontière avec le Nigeria et incendié plus de 10 églises et 10 jours auparavant, les insurgés avaient attaqué des villages dans la région, tuant huit personnes et avaient emporté 300 motos.

Elle a indiqué que depuis le début de la crise au Nigeria, les autorités locales au Cameroun ont signalé l’arrivée de 43.720 réfugiés nigérians, y compris les 26.720 qui avaient été enregistrés par le HCR.

Le communiqué souligne que la crise dans le Nord-Est du Nigeria a également déplacé près de 70.000 personnes au Niger voisin et environ 1.600 au Tchad. On estime que l’insurrection a fait 650.000 personnes déplacées internes dans le Nord-Est du Nigeria.

« Les réfugiés ont révélé à nos équipes qu’ils vivent dans la peur absolue avec les obus tirés par les insurgés sur la ville et veulent être déplacés dès que possible », a déclaré le HCR.

L’agence a révélé qu’elle est en train de déplacer près de 5.000 réfugiés nigérians vers la ville frontalière de Fotokol depuis la ville nigériane proche de Gambaru Ngala tombée le mois dernier sous le contrôle des insurgés.

« A Fotokol, les conditions de vie sont désastreuses. Les réfugiés vivent dans des classes surpeuplées et dans des abris construits avec des expédients et ils comptent sur les autorités locales et les villageois pour se nourrir.

« En réponse, nous avons commencé à construire davantage d’abris pour les familles, près de 100 par jour. Nous venons d’achever la construction d’un poste de santé d’urgence et notre partenaire, International Medical Corps, a déployé un personnel médical pour fournir des soins de santé d’urgence aux nouveaux arrivants », a indiqué le HCR.

Des réfugiés nigérians
bluewin.ch)/n


L’Info en continu
  • Cameroun
  • Afrique & Monde
Toute l’info en continu
À LA UNE


SondageSorry, there are no polls available at the moment.
Back top
error: Contenu protégé