International › APA

Le Japon déterminé à développer ses relations économiques avec le Maroc

Le ministre marocain des Affaires étrangères, Nasser Bourita, a eu, ce vendredi, un entretien en visioconférence avec son homologue japonais, Yoshimasa Hayashi.L’entretien a porté sur l’état et les perspectives des relations bilatérales ainsi que sur les incidents qui ont émaillé le denier Sommet de la TICAD tenu à Tunis les 27 et 28 août 2022, indique un communiqué du ministère marocain des Affaires étrangères.

Les deux ministres ont souligné que le niveau des rapports économiques entre les deux pays reste encore en deçà des potentialités, des capacités et de la volonté affichée des deux pays.

Ils ont ainsi convenu d’entreprendre les actions nécessaires pour le renforcement de l’arsenal juridique déjà étoffé, encadrant la coopération bilatérale, marqué cette année par l’entrée en vigueur des deux accords essentiels concernant les investissements et la non-double imposition.

Par ailleurs, des visites de haut niveau seront programmées dans les prochaines semaines pour l’identification des opportunités d’investissement au Maroc à l’attention des grands groupes économiques japonais. M. Bourita a assuré son interlocuteur que le Maroc accordera les facilités nécessaires pour l’attrait et l’installation des investissements japonais au Maroc.

La coopération dans le domaine de la sécurité alimentaire et notamment dans le secteur des phosphates et des fertilisants a également été au centre des discussions entre les deux ministres. A cet égard, il a été convenu de hisser la relation dans ce domaine à un niveau plus élevé dépassant celui d’une simple relation client-fournisseur.

Les deux ministres se sont, également, félicités du niveau et de la qualité des programmes de coopération tripartite mis en œuvre par  l’Agence Marocaine de Coopération Internationale (AMCI) et la Japanese International Cooperation Agency (JICA) au profit des pays africains partenaires et ont convenu d’examiner la possibilité d’élargir cette coopération au profit de nouveaux pays et dans d’autres secteurs porteurs et ce, pour être en phase avec l’importance prioritaire accordée par le Maroc, conformément aux Hautes Instructions Royales, à l’Afrique et à la Coopération Sud -Sud ainsi qu’à l’intérêt accordé par le Japon à ses relations avec le Continent.

A l’évocation du Sommet de la TICAD à Tunis, le ministre marocain a salué l’engagement du Japon, premier pays à lancer un forum de partenariat avec l’Afrique, pour la contribution à la réalisation du développement du Continent, de sa stabilité et du bien-être de ses populations.

Il a rappelé que la TICAD est un forum de partenariat et de développement qui doit être mis à l’abri de « manœuvres politiques ourdies par certaines parties connues », souligne la même source, rendant hommage à la « fermeté et à la constance de la position manifestée par la délégation japonaise à Tunis ».

« M. Bourita a pointé la responsabilité de la Tunisie, pays hôte de cette édition de la TICAD, dans les graves dérives commises sans consultation avec le partenaire japonais et qui ont entrainé la présence et la participation d’une entité non invitée officiellement au Sommet ; dérives qui ont malencontreusement impacté les résultats et le rayonnement attendus de ce Sommet qui devait être un évènement de célébration et de consolidation du partenariat Japon- Afrique », ajoute-t-on.

De son côté, le ministre japonais a indiqué que le Japon souhaite développer davantage les fructueuses relations qui le lient au Maroc notamment sur le plan économique. Il a indiqué que les autorités japonaises apporteront leur soutien et leur engagement à l’implantation des entreprises japonaises dans le Royaume, lequel offre un climat d’investissement propice et prometteur.

M. Hayashi a, par ailleurs, réitéré « l’engagement de son pays pour la contribution au développement social, à la stabilité économique et à la valorisation des compétences dans le Royaume ».

Revenant sur les récents évènements de la TICAD VIII à Tunis, le ministre japonais a réitéré le regret de son pays concernant l’absence du Maroc, qu’il a qualifié de « partenaire incontournable ».

Il a, encore une fois, confirmé que le Japon « n’avait pas invité ladite entité au Sommet de la TICAD VIII et qu’il avait appelé la Tunisie à prendre toutes les mesures nécessaires à cet égard ». Cette position « sans équivoque » a été réitérée lors de la conférence de presse qu’il a tenu à Tokyo, a-t-il indiqué.

En renouvelant ses remerciements pour la compréhension du Maroc à l’égard de la position du Japon, M. Hayashi a exprimé le souhait de son pays de continuer à travailler avec le Maroc dans le cadre de la TICAD, conclut le communiqué.


À LA UNE


SondageSorry, there are no polls available at the moment.
Back top
error: Contenu protégé