Société › Société

Le Japon veut prévenir les catastrophes naturelles au Cameroun

Un don de matériel a été remis au laboratoire de traitement d’images de l’IRGM à Yaoundé dans le cadre du projet SATREPS

La remise officielle du matériel scientifique par le gouvernement japonais représenté par l’ambassadeur du Japon au Cameroun Son Excellence Tsutomu Arai au ministère de la Recherche scientifique et de l’innovation représenté par Mme la ministre Madeleine Tchuente, a eu lieu au laboratoire de traitement d’images de l’Institut de Recherches Géologiques et Minières (IRGM) jeudi 31 mai dernier. Selon le directeur de l’IRGM Joseph Victor Hell, le matériel reçu est classé en deux catégories. La première est destinée aux analyses et installée au laboratoire. Le second groupe est destiné à la collecte des données sur le terrain et déjà installé dans les différents points prévus. Sous la conduite de monsieur Yoshida Yoishida, le coordonnateur du projet Satreps à l’Agence japonaise de coopération Internationale, la deuxième catégorie du matériel avait déjà été installé au Laboratoire d’analyse géochimique des eaux (Lage) en mai dernier. Il s’agit d’un analyseur d’isotopes de l’eau Picarro, d’un chromatographe ionique ICS 1100 dionex, de deux passeurs automatiques. Nous restons dans l’attente de la deuxième vague du matériel dans le cadre de ce projet a dit le directeur de l’IRGM.

Effectif depuis avril 2011, le projet Satreps (Science and Technology Research Partnership for Sustainable Development), mis en place conjointement par le Japon et le gouvernement camerounais à travers l’Institut de recherches géologiques et minières (Irgm), s’articule notamment autour de la prévention des catastrophes naturelles. Le but de ce projet est d’atténuer les catastrophes naturelles au Cameroun par le biais du renforcement des capacités. Ainsi, au terme de ce projet prévu pour cinq ans (2011-2016), les scientifiques camerounais devraient être capables de mener, sans aucune expertise étrangère, la surveillance des lacs et des risques associés afin d’atténuer les gaz en cas de catastrophe grâce à l’évaluation du risque et sa probabilité de récurrence. Pour l’ambassadeur du Japon, un accès devrait être mis sur l’entretien de ce matériel. En recevant la clé représentant le matériel qui n’est pas transportable, la ministre Madeleine Tchuente a expliqué qu’elle symbolise l’ouverture, l’espoir que la recherche soit au c ur de la coopération nippo-camerounaise.

Le projet SATREPS (Science and Technology Research Partnership for Sustainable Development) est un programme du gouvernement japonais qui fait la promotion internationale de la recherche. SATREPS fonctionne sur une période de trois à cinq ans avec des projets impliquant des partenariats entre les chercheurs au Japon et des chercheurs dans les pays en voie de développement. Les projets SATREPS devraient aboutir à des résultats ayant un potentiel pour une utilisation pratique, et aider à renforcer les capacités de recherche dans les pays en développement.

Remise officielle des dons, le 31 mai à Yaoundé
Journalducameroun.com)/n


L’Info en continu
  • Cameroun
  • Afrique & Monde
Toute l’info en continu
À LA UNE


SondageSorry, there are no polls available at the moment.
Back top
error: Contenu protégé