Personnalités › Jeunes talents

Le jeune Aboubakar Saidou possède des talents rassurants pour l’avenir

3e Vice président du conseil national de la jeunesse, il ne s’intéresse pas à la politique politicienne

Né à Ngaoundéré, Aboubakar Saidou est fils de l’honorable Saidou Sarki Fada et de Ramatou Moussa. Il est le deuxième enfant d’une famille qui en compte onze. Ambitieux et très courageux, Aboubakar Saidou est un exemple de persévérance pour ses paires, lui qui avoue être le tout premier fils de son arrondissement aujourd’hui titulaire d’un DEA de la Faculté des sciences juridiques et politiques de l’université de Ngaoundéré toutes options confondues.

Il fait ses premiers pas sur le chemin de la connaissance à l’Ecole maternelle privée protestante de Gadjiwan, puis un an plus tard à l’Ecole publique du même nom où il obtient son CEPE. En même temps, il est déclaré major du concours d’entrée en 6e du centre de Mayo Baléo qu’il fréquente jusqu’en 3e. En 1997, il obtient son BEPC qui lui permet de prendre une inscription en classe de 2nde au Lycée de Tignère. En 2000, il obtient son certificat de probation, puis le baccalauréat A4 Allemand un an plus tard dans le même établissement avec le sacre de major de sa promotion (13,21/20). Son souci d’excellence va alors le pousser à prendre une inscription à l’université de Ngaoundéré à la Faculté des sciences juridiques et politiques (FSJP) en 2001. Après le DEUG (2004), la Licence (2006) qu’il décroche difficilement à cause d’une maladie qui l’a renvoyé à Gadjiwan pour deux ans. Il obtient successivement une Maîtrise (2007), et un Diplôme d’études approfondies (DEA) en droit privé fondamental en 2008 dont le thème portait sur l’état civil camerounais. Depuis l’année académique dernière, celui qui affirme être un combattant du faux sous toutes ses formes est inscrit en thèse de Doctorat Ph. D. à l’université de Yaoundé II à Soa.

Aboubakar Saidou
Journalducameroun.com)/n

De son petit nom Yawel, Aboubakar Saidou a le sens du contact facile, en témoigne sa riche expérience et son dynamisme dans le domaine associatif. L’homme au CV de six pages comme le disent les intimes a eu à militer dans de nombreux clubs et associations. Aboubakar Saidou est quasiment devenu un jeune leader et un consultant de référence dans le domaine des activités associatives et culturelles dans le microcosme universitaire camerounais. Sa voix à la présentation des «Echos du Campus», ses éditoriaux parlant dans le «Un Miroir» et autres interventions que ce soit en langue locale ou dans les émissions telles que «Jeudi Débat» et «Jeunesse et Avenir» de la CRTV Adamaoua poussent les jeunes à l’écouter et à le suivre.

C’est la somme de toutes ces expériences qui lui a valu en décembre 2009 son élection au poste de 3e vice-président du Conseil national de la Jeunesse du Cameroun (CNJC). Bien que beaucoup le voit en pôle position pour les futures élections locales, il déclare ne pas s’intéresser à la politique politicienne. Alors qu’il prépare sereinement sa thèse de doctorat Ph. D sur la moralisation du droit des obligations, Aboubakar Saidou est aux cotés de la commune d’arrondissement de Maroua 1er qu’il accompagne dans le processus de la décentralisation. Il n’entend pas s’arrêter en si bon chemin. Son rêve, devenir un universitaire de renom à l’instar de P. G. Pougoue ou Akam Akam Bon vent!

Aboubakar Saidou
Journalducameroun.com)/n


L’Info en continu
  • Cameroun
  • Afrique & Monde
Toute l’info en continu
À LA UNE


SondageSorry, there are no polls available at the moment.
Back top
error: Contenu protégé