› International

Le Kenya veut mettre des cours de patriotisme dans ses programmes scolaires

« Cela n’est pas très bien pris en compte dans le programme éducatif actuel », a déclaré mercredi le directeur général de l’Institut kenyan de développement du cursus scolaire. Délai: 2016

Le Kenya révise actuellement son programme scolaire en vue de renforcer le degré de patriotisme de ses concitoyens, a déclaré mercredi un responsable du gouvernement.

Le directeur général de l’Institut kenyan de développement du cursus scolaire (KICD), Julius Jwan, a déclaré que l’enseignement des valeurs nationales et de l’éthique seraient programmés dès le plus jeune âge.

« Le premier objectif du système d’éducation est l’unité nationale, la citoyenneté et le patriotisme, mais cela n’est pas très bien pris en compte dans le programme éducatif », a indiqué M. Jwan lors de la troisième conférence sur l’apprentissage en ligne (e-learning).

Cette révision du cursus devrait être achevée d’ici à la fin 2016, a indiqué M. Jwan.

« Ensuite, nous entreprendrons la formation des enseignants pour qu’ils puissent apprendre efficacement aux élèves », a-t-il dit.

L’UNESCO recommande aux pays de réexaminer leur programme scolaire tous les cinq ans.

Cependant, la dernière révision du programme scolaire kenyan remontait à 2003.

La période de violences post-électorales en 2008 montre qu’il est nécessaire d’inculquer des valeurs nationales à tous les Kenyans, a déclaré M. Jwan.

Ce nouveau programme prendra également en compte des questions nouvelles comme l’autorité, la pensée créative et les compétences rédactionnelles, qui ne sont pas mises en valeur dans le système éducatif actuel.

Le nouveau cursus sera basé sur des compétences, de manière à ce que l’éducation se concentre sur ce que les élèves savent faire plutôt que sur ce qu’ils savent.

« Le pays souhaite aussi moins se concentrer sur les examens et faire de l’évaluation l’objectif, de sorte que les élèves soient en mesure d’appliquer ce qu’ils ont appris », a-t-il dit.

Le programme scolaire de l’école primaire sera également réduit, a indiqué le KICD.

Le Kenya prévoit par ailleurs de rendre ses contenus éducatifs accessible aux formats texte et numérique.

La directrice générale de E-Learning Innovators, Penina Lam, a déclaré que l’apprentissage en ligne permettrait à l’éducation d’être menée à n’importe quel moment et en n’importe quel lieu.

L’utilisation de la plateforme numérique permettra aussi de relever le niveau d’alphabétisation du pays, a observé Mme Lam.

« Cela rend l’accès à l’éducation plus facile car l’apprentissage n’est pas réservé à la salle de classe », a-t-elle dit.


Droits réservés)/n


L’Info en continu
  • Cameroun
  • Afrique & Monde
Toute l’info en continu
À LA UNE


SondageSorry, there are no polls available at the moment.
Back top
error: Contenu protégé