Culture › Danse et Théâtre

Le laboratoire de théâtre OTHNI célèbre ses 10 ans

Conférence de presse du Comité organisation le 2 mars 2020

La célébration de la  première décennie de ce centre de production et de formation à l’art contemporain se déroule du 09 au 15 mars à Yaoundé. Une série d’activités artistiques au menu.

Objet Théâtral Non Identifié. Le nom de ce laboratoire situé au quartier Titi-garage à Yaoundé en dit long sur ses œuvres. Il est un véritable centre de production et de formation à l’art contemporain. Entre résidence d’écriture, formation et accueil d’artistes internationaux (Dieudonné Niangouna, Rolf Hemke), OTHNI tient à porter haut dans ses murs, l’art et le théâtre africain.

Le centre s’est plusieurs fois attelé à produire des spectacles d’envergure internationale, en les mettant dans un contexte africain. A l’exemple de la pièce de théâtre allemande « Hamlet machine », ou du spectacle « en attendant Godot ». Plus palpable encore, la pièce « les brigands » a été reproduite par OTHNI sous le titre « Nanga Boko ».

C’est une véritable fierté pour le promoteur, Martin Ambara, homme de théâtre, qui reconnait avoir évolué sans subvention de l’Etat. Ce 10ème anniversaire lui permet, ainsi qu’à son équipe, de faire le point, histoire d’évaluer le chemin parcouru, les difficultés traversées et les projets à réaliser.

La programmation prévoit des activités artistiques, cérébrales et de formation à Yaoundé. En dehors des séances prévues à OTHNI, il y aura des spectacles au Goethe Institut et à l’Institut français du Cameroun. Comme principale articulation à retenir de cette semaine de célébration on aura dès le 09 mars :

  • Un atelier sur le théâtre dirigé par l’allemande Anne Bentgens qui va s’intéresser au personnage et son costume ;
  • Des conférences-débats sur l’importance de l’art dans la société, la danse ou encore le théâtre comme thématiques, avec des intervenants tels que le Dr. Bingono Bingono, Elise Mballa, et de nombreux invités venant de l’étranger (Love N’ Live, Yvon Ngassam, Aline Steiner).
  • Et chaque soir, des représentations théâtrales, contes, concerts et danses patrimoniales pourront ravir le public.
  • A ce jour, l’on peut dire qu’OTHNI a tenu le pari de survivre dans un environnement culturel difficile. Le promoteur Martin Ambara s’est au fil du temps, assuré d’avoir tous le matériel nécessaire pour permettre aux artistes de travailler sur place. C’est pourquoi on retrouve une bibliothèque, une salle de danse, des bureaux, etc.

La raison d’être de cet anniversaire est alors de pouvoir rapprocher le public un peu plus de l’art produit en Afrique et surtout au Cameroun.


À LA UNE


SondageSorry, there are no polls available at the moment.
Back top
error: Contenu protégé