Société › Société

Le ministre des Transports suspend la délivrance d’agrément pour les auto-écoles

En cause, de nombreuses structures de formations illégales recensées: Plus de 350 sur 422 structures identifiées

Les accidents de circulation, fréquentes sur les routes camerounaises, sont-ils imputables aux conditions de formation des chauffeurs de véhicules? Le ministre des Transports, Robert Nkili, a répondu par l’affirmative lundi à Yaoundé, dans le cadre de la restitution d’une enquête menée par le département ministériel qu’il dirige. Selon cette enquête, sur 442 auto-écoles identifiées à travers le territoire, plus de 350 fonctionnent dans l’illégalité (clandestinité, non-conformité aux exigences légales, etc.).

En raison de cet état de choses et pour voir plus clair dans ce secteur, le ministère des Transports a décidé de suspendre l’octroi d’agrément dans la formation en conduite automobile pendant un an. Période au cours de laquelle, il faudra, selon Robert Nkili, envisager la mutation des auto-écoles existantes en «Centres formation de conduite automobile.

Dans cette mutation, les promoteurs devront veiller à avoir un espace minimum de 500m2 permettant d’avoir à la fois des cours théoriques dans des salles bien équipées et des aires aménagées pour la pratique. Les propriétaires d’auto-écoles présents à la restitution de cette enquête ont demandé à Robert Nkili de regarder également du côté des fonctionnaires du ministère des Transports, certains d’entre eux étant responsables de trafics dans la délivrance de permis de conduire.


lesechos.fr)/n



À LA UNE


SondageSorry, there are no polls available at the moment.
Retour en haut
error: Contenu protégé