Société › Société

Le Pape veut arrimer l’Eglise aux réseaux sociaux

Benoît XVI a déclaré que les nouveaux médias étaient devenus un «instrument indispensable»

S’adapter à son temps
Dans son message pour la prochaine Journée mondiale des communications sociales qui aura lieu le 16 mai 2010, Benoît XVI a présenté sa vision pastorale sur les nouveaux médias. Ceux-ci sont devenus, selon lui, un « instrument indispensable » pour l’évangélisation. Parlant du «monde numérique», Benoît XVI reprend la question que Saint Paul posait au monde gréco-romain du tout début de l’évangélisation, il y a 2000 ans : «Comment croire en lui sans avoir entendu sa parole? Comment entendre sa parole si personne ne l’a proclamée?» La réponse du Pape est une invitation à toutes les communautés chrétiennes de faire un pas en avant par rapport au passé. «Pour donner des réponses adaptées à ces questions au sein des grands changements culturels dont le monde des jeunes est particulièrement averti, les voies de communication ouvertes par les conquêtes technologiques sont désormais un moyen indispensable» a-t-il déclaré.

Une responsabilité pour l’église
Le Pape pense que l’Eglise serait totalement irresponsable s’il ne profitait pas des «capacités illimitées de communication qu’offrent aujourd’hui les nouvelles technologies de l’information et de la communication. «Avec leur diffusion, par conséquent, la responsabilité de l’annonce non seulement s’accroît, mais se fait plus pressante et réclame un engagement plus motivé et efficace», écrit-il. C’est toute l’église qui s’approprie ce nouveau concept d’évangélisation en ligne. À l’occasion du 14ème congrès européen des webmasters chrétiens, qui avait eu lieu du 7 au 10 juin à Helsinki et Stockholm sous le titre «Twitting Gospel», 40 webmasters chrétiens de douze pays d’Europe ont partagé leurs expériences d’évangélisation sur Internet et dans des réseaux sociaux comme Facebook et Twitter. Ils en avaient conclu eux aussi, que «les réseaux sociaux devenant de plus en plus populaires, les Eglises doivent s’efforcer de trouver les meilleurs moyens d’utiliser ces nouveaux outils pour communiquer avec leurs membres et diffuser l’Evangile».

Des avis partagés sur l’initiative
Plusieurs prêtres principalement occidentaux se réjouissent de l’initiative. Mais les avis restent très partagés. L’an dernier le discours invitant à s’investir dans les réseaux sociaux numériques s’adressait directement aux jeunes. Le Vatican a dû se mettre à l’évidence de la difficulté d’associer une majorité de jeunes à la mission d’évangélisation numérique. La religion n’est pas généralement la première chose à laquelle les jeunes gens pensent lorsqu’ils utilisent Twitter, You Tube et les autres réseaux sociaux, affirment les experts. De plus, de nombreuses barrières sont susceptibles de freiner le projet, dont la plus forte reste le langage des réseaux sociaux, qui risquerait d’altérer le sens du message chrétien. Pourtant l’église reste confiante. En janvier 2009 dernier, les tout premiers «clips» du Vatican ont été visionnés quelques 750.000 fois dès la première semaine en ligne sur «You Tube», selon une communication du Saint siège. Une annonce confirmée par les experts de Google qui avaient estimé que le Vatican se trouvait en cela dans la norme des autres institutions mondiales. Les personnes «inscrites» sur ce portail étaient environ 15.000 ce qui était normal.

Le Pape tranche la question
Le Pape qui lui-même a conscience du danger rappelle qu’évangéliser avec les médias ne signifie pas simplement faire des choses ou transmettre des messages à travers ces nouvelles réalités. La «multimédialité» généralisée et la «palette variée de fonctions» de celle-ci peuvent comporter le risque d’une utilisation dictée principalement par la pure exigence de se rendre présent, et de considérer de façon erronée le web seulement comme un espace à occuper, explique le Pape. Il ne suffit pas d’être présent, ajoute-t-il, il faut savoir comment être présent «dans le monde numérique» pour montrer que «l’attention aimante de Dieu dans le Christ pour nous n’est pas une chose du passé ou encore une construction savante, mais une réalité concrète et actuelle».

Pape Benoit XVI
Journalducameroun.com)/n



À LA UNE


SondageSorry, there are no polls available at the moment.
Retour en haut
error: Contenu protégé