Opinions › Tribune

Le quotidien Le Jour a été mal informé

Par Zacharie Mbatsogo, Directeur de l’Office du Baccalauréat du Cameroun

Mesdames et Messieurs les journalistes,
L’Office du Baccalauréat du Cameroun que je dirige depuis quelques années déjà, vient d’apprendre par le canal de la presse, notamment par le quotidien Le Jour qu’il y a eu des fraudes massives au Baccalauréat 2014 à Yaoundé, à Bafang et à Mbalmayo.

Cette information qui tombe en différé, le Baccalauréat ESG étant achevé depuis le 06 juin dernier, a retenu mon attention ainsi que celle de mes collaborateurs. C’est une information qui nous interpelle parce qu’il s’agit là d’un phénomène auquel nous avons barré la route depuis plus d’une décennie. On n’a plus connu ou entendu parler de « l’eau » aux derniers examens de langue française gérés par notre institution. Une institution qui a réussi à redorer le blason de nos diplômes à l’international.

Je saisis ce prétexte pour vous dire que nous traitons nos épreuves avec beaucoup de soins et nous les entourons de beaucoup de sécurité au moment de les convoyer sur le terrain. Cette année encore, toutes nos épreuves sont parties d’ici dans les mêmes conditions. Je voudrais également vous assurer que le circuit de renseignement et de remontée des informations mis en place pendant les examens (utilisation des sms, appels directs, fax, Internet par les chargés de mission et les chefs de centre) nous permet d’être au courant de toute information saillante de chaque journée d’examen. Cette remontée rapide des informations nous permet de corriger les dysfonctionnements éventuels. Vous comprendrez pourquoi nous sommes autant que vous surpris de par cette information relayée par Le Jour, 06 jours après l’examen concerné.

D’ores et déjà, j’ai pris un ensemble de dispositions pour m’assurer de la véracité de cette information. J’ai joint au téléphone le délégué régional des Enseignements secondaires dans la région de l’Ouest et un chargé de mission dans la ville de Bafang, mes collaborateurs ont à leur tour joint le Délégué départemental du Haut-Nkam. D’après leurs déclarations et les enquêtes menées sur place, tout porte à croire que le quotidien Le Jour a été mal informé. Dans la région du Centre, le délégué régional et le délégué départemental du Nyong et So’o sont tous autant surpris que ceux de l’Ouest par cette information. Quant à Yaoundé, vous et nous vivons tous dans cette ville et nous avons été témoins de la sérénité dans laquelle les épreuves du Baccalauréat ESG se sont déroulées du 02 au 06 juin derniers. Au final, quelques renseignements glanés ici et là, nous font croire que l’ « eau », si elle a réellement coulée comme l’indique Le Jour, est sale.

De toutes les manières, quoi qu’il en soit, j’ai prescrit une enquête rigoureuse à mes collaborateurs et partenaires externes. Nous attendons les résultats et vous en serez informés le moment venu. Pour le moment, l’Office du Baccalauréat du Cameroun continue sereinement la session d’examens 2014 et espère qu’aucune autre rumeur ne viendra perturber son bon déroulement ; parce qu’en fait de rumeur, nous sommes déjà presque habitués. Un peu comme en 2011, on annonçait avec force que le Baccalauréat avait été délibéré à 06 de moyenne. Suivez mon regard.

Je vous remercie

Le Directeur de l’OBC au cours du point de presse du 12 juin 2014 à Yaoundé au siège de l’Office
Journalducameroun.com)/n


A SAVOIR

- Les opinions et analyses présentées dans cette rubrique n'engagent que leurs auteurs et nullement la rédaction de Journalducameroun.com.

- JournalduCameroun.com n'est pas responsable des affirmations qui y sont présentées et se réserve le droit de modifier ou de retirer un article qui diffamerait, insulterait ou contreviendrait au respect des libertés publiques.

L’Info en continu
  • Cameroun
  • Afrique & Monde
Toute l’info en continu
À LA UNE


SondageSorry, there are no polls available at the moment.
Back top
error: Contenu protégé