Opinions › Tribune

Le RDMC dresse un état des lieux dans les démembrements d’Elecam

Le lancement des inscriptions a eu lieu depuis le 15 Août 2010 et les listes existent

La Direction générale d’Elecam, organe électoral du Cameroun, a annoncé il y a quelque temps à travers les médias, le démarrage des opérations des inscriptions sur les listes électorales sur l’ensemble du territoire national, le 15 Août 2010. Il était demandé aux partis politiques dans cette perspective, de présenter sous huitaine, la liste de leurs représentants dans les commissions mixtes locales supervisées par les délégués locaux d’arrondissements de cet organe. Le Cameroun compte 360 démembrements d’Elecam dans les communes. Cela suppose pour chaque parti de se faire représenter dans chaque démembrement local. (Soit au moins 360 représentants par parti prenant part au processus). Les commissions mixtes sont chargées de veiller à la transparence des inscriptions et à la délivrance des récépissés aux électeurs séance tenante.

Le RDMC a répondu favorablement à la demande de la direction d’Elecam dans les délais prescrits. Notre parti est représenté à ce jour dans 330 sur 360 démembrements des commissions mixtes d’Elecam sur l’ensemble du territoire national, exception faite de certains arrondissements de la Région de l’Adamaoua pour cause d’inaccessibilité par route, due à la saison des pluies. Cependant la représentation du RDMC dans les structures d’Elecam sur l’ensemble de la région de l’Adamaoua sera complète dans les tous prochains jours. Le RDMC dispose d’un taux de couverture politique nationale de 100%.

Constat
La réunion de concertation avec les partis politiques prévue par la loi portant création d’ELECAM est toujours attendue. Elle aurait permis une harmonisation des actes et des actions de mobilisation. Le 15 Août 2010, Elecam a procédé à un démarrage symbolique des inscriptions à Douala avec un renfort médiatique disproportionné à la réalité. Le lancement des opérations dans le Wouri a lieu, à ce jour, exclusivement dans les arrondissements de Douala 1er, 2eme et 3eme.

Les Régions du Centre, de l’Extrême-nord, de l’Est et de l’Ouest ont également procédé à un lancement symbolique à Maroua, Bertoua, Yaoundé et Bafoussam. Plusieurs communes dans le pays ne sont pas encore dotées des locaux pour abriter les commissions mixtes des démembrements d’Elecam. Ceux des démembrements qui ont un bâtiment, ne sont pas équipés. Les portes sont par conséquents fermées dans plusieurs localités dans l’attente d’une ouverture effective prochaine. Les représentants des partis sont priés d’attendre. Certains démembrements sont encore « provisoirement » logés dans les bureaux d’emprunt des Sous-préfectures . ! Nos représentants signalent dans plusieurs localités, environ les 2/3, une situation de stand by, due aux difficultés d’installation. Des cas des inscriptions sur des feuilles volantes A4, faute de registres sont nombreux. !!!

Sur le terrain, les populations ne sont pas encore informées du lancement des opérations des inscriptions. Selon les Régions, la loi est distinctement appliquée. L’admission au sein des commissions des représentants des partis est parfois conditionnée à la présentation du récépissé de l’existence légale du parti. Les partis sont invités à faire légaliser lesdits récépissés délivrés pourtant par l’Etat dans une sous-préfecture.Une telle exigence n’est prévue par aucun texte de loi régissant le fonctionnement d’Elecam. Cette demande est particulièrement observée dans l’Extrême-Nord où il est signalé les interventions téléphoniques d’intimidations du ministère de l’administration territoriale et de certains pontes du régime auprès des représentants d’Elecam!

Il faut noter que les seuls partis politiques qui couvrent réellement le territoire national au sein des commissions mixtes Elecam sont le RDPC et le RDMC. Plusieurs partis sont inexistants dans les 360 communes du pays à l’exception du SDF faiblement représentés par endroit, sans doute en raison de son mot d’ordre. L’UNDP, l’UPC, l’UDC, l’AFP, l’ADD sont aussi très faiblement représentés et on les retrouve dans certaines régions uniquement.

President Milla Assoute
Journalducameroun.com)/n

Observations
Il est à craindre que le cafouillage de démarrage des inscriptions des populations observé depuis le 15 Août 2010, (les moyens et le mode de fonctionnement actuel des démembrements d’ELECAM sont déficients), à un an des présidentielles de 2011, limitent son action purement et simplement à la reconduction des listes héritées de l’Administration territoriale et à une exploitation complémentaire et complaisante du résultat du dernier recensement général de la population pourtant contesté.

Une refonte des listes est-elle possible?
Pour procéder à une refonte des listes électorales qui aurait permis une mise à niveau générale de toutes les inscriptions sur le territoire, il aurait fallu un décret du président de la République. Or le pouvoir n’a aucun intérêt à procéder à une refonte des listes électorales avant la convocation du corps électoral qui peut surprendre les partis concurrents dès le premier trimestre de l’année 2011. La mobilisation des populations à s’inscrire est faible à ce jour. Il y a un impératif pour Elecam de lancer une campagne dans les médias et sur le terrain avec l’appui des partis politiques pour susciter un intérêt général à s’inscrire massivement.
L’opposition doit exiger à ce stade du processus la présence des observateurs internationaux.
Le RDMC saisira les organisations internationales pour qu’elles participent dès maintenant au processus des inscriptions des électeurs qui est la véritable ossature d’une élection transparente et crédible.

Le RDMC publie ci-après, la liste de ses représentants dans les commissions mixtes d’Elecam sur l’ensemble du territoire national et encourage les partis politiques de l’opposition y représentés, à publier leur niveau de représentation territoriale afin de nous permettre de mener une action minimale commune. Nous reviendrons en détail sur le mode de fonctionnement et les différentes fraudes préélectorales identifiées au cours de cette période intérimaire de démarrage des inscriptions par Elecam dont la connivence avec le RDPC est perceptible par endroit.


3.bp.blogspot.com)/n


A SAVOIR

- Les opinions et analyses présentées dans cette rubrique n'engagent que leurs auteurs et nullement la rédaction de Journalducameroun.com.

- JournalduCameroun.com n'est pas responsable des affirmations qui y sont présentées et se réserve le droit de modifier ou de retirer un article qui diffamerait, insulterait ou contreviendrait au respect des libertés publiques.

L’Info en continu
  • Cameroun
  • Afrique & Monde
Toute l’info en continu
À LA UNE


SondageSorry, there are no polls available at the moment.
Back top
error: Contenu protégé