Opinions › Tribune

Le respect des statuts du conseil des camerounais de la diaspora

Par Patrice Ekwe Silo Edimo, Membre fondateur et ancien Président du Conseil des Camerounais de la Diaspora

Chers Camerounais, chers compatriotes,
La présence de deux (2) Membres du Conseil des Camerounais de la Diaspora ce jour de samedi 7 décembre à l’hôtel «Le Meurice» devait être comprise comme une contribution à l’avènement d’une démocratie véritable de notre pays le Cameroun à travers un document le «MEMORANDUM» qu’ils voulaient remettre au Président de la république. Document par lequel le C.C.D expose certains aspects les plus importants des Camerounais de l’étranger. Il s’agissait pour le C.C.D de se pencher sérieusement et en profondeur sur le dossier multidimensionnel des Camerounais de la diaspora: * Créer au sein du gouvernement un Département ministériel spécifique chargé de la communauté camerounaise à l’étranger pour l’application d’une politique globale et intégrée, avec une vision et une stratégie d’ensemble dans le domaine. * Régler le problème de la représentation de la communauté au sein du Parlement * Mettre en place un Conseil Supérieur de la Communauté Camerounaise résidant à l’étranger * Faire les élections à deux (2) tours * Régler le problème de la double nationalité

Conscients que la délégation camerounaise n’a pas souhaité bon de comprendre les doléances du peuple – nous ne pouvons que regretter, malheureusement les incidents qui s’en sont suivis. Notre v u le plus cher a toujours été et reste de parvenir avec le Peuple qui est acquis à la modernité, à un changement démocratique par la voie électorale. Nous rappelons à tous les Membres, que conformément aux statuts, toutes décisions ou actions, doivent obligatoirement passer par le Conseil d’Administration. En décidant d’engager une action à l’hôtel Le Meurice, sans en recourir à d’autres Membres, constitue un mépris des statuts du C.C.D qu’aucun démocrate ne saurait accepter. Nous rappelons aussi que toute action, venant de tout Membre du C.C.D sans concertation préalable, n’a pour buts que : – De jeter le discrédit sur le C.C.D. et l’ensemble de ses Membres ; – De provoquer et d’entretenir le désordre à l’intérieur du C.C.D. comme à l’extérieur entre les Camerounais.

Cet incident a été pour les Camerounais une secousse, et pour notre pays un moment important. C’est un moment dont nous demandons que les responsables politiques et de la société civile se souviennent à partir de maintenant. Ce qui est arrivé résulte d’un climat de haine. Que «l’amour l’emporte toujours sur la haine». Nous, Membres du Conseil des Camerounais de la Diaspora souhaitons que les récents événements de Paris – France entraînent un changement de ton et de fond dans la manière de faire de la politique. J’ai longtemps hésité à écrire ce texte et j’ose espérer que ces quelques lignes, chers compatriotes, vous sauront faire changer d’avis au sujet du Conseil des Camerounais de la Diaspora.


camer.be)/n
A SAVOIR

- Les opinions et analyses présentées dans cette rubrique n'engagent que leurs auteurs et nullement la rédaction de Journalducameroun.com.

- JournalduCameroun.com n'est pas responsable des affirmations qui y sont présentées et se réserve le droit de modifier ou de retirer un article qui diffamerait, insulterait ou contreviendrait au respect des libertés publiques.

À LA UNE
Sondage

Un candidat de l'opposition a-t-il une chance de gagner la présidentielle 2018 au Cameroun?

View Results

Loading ... Loading ...
Retour en haut