Opinions › Tribune

Le sport est-il bon pour la santé?

Agnès Njeng Mapan Obila, Secrétaire de la cellule RDPC d’Athis Mons, France

Le sport est un ensemble d’exercices, le plus souvent des exercices physiques se pratiquant sous forme de jeux individuels ou collectifs pour donner lieu à des compétitions. Le sport est un phénomène quasi universel dans le temps et dans l’espace humain. Depuis la Grèce Antique, la Rome Antique et aujourd’hui dans tous les continents, le sport est ancré dans la vie quotidienne des individus. De la mesure avant toute chose ! Dans nos sociétés des loisirs, le sport connaît un essor considérable. La recherche de la performance peut cependant se révéler nocive au niveau tant physique que mental.

Le sport est-il bon pour la santé?
Répondre d’emblée par l’affirmative est évident pour un Occidental à qui le corps médical répète depuis quelques décennies que sport et santé vont de concert. Dès l’Antiquité, on a pris conscience du rôle bénéfique d’une activité physique et régulière. Mais ce n’est que récemment que l’on a pu mesurer les liens étroits qui unissent sport et santé. Des études ont montré que le risque de décès précoce est de 1,2 à 2 fois plus important chez les sédentaires que les sujets actifs. De même, il a été mis en évidence que l’activité physique diminue la mortalité globale avec une mention spéciale pour les maladies cardiovasculaires, mais aussi les cancers. Dès lors s’est opérée une prise de conscience de la responsabilité individuelle dans la préservation de la santé, la maladie étant de plus en plus perçue comme un mode de vie nocif. Cette prise de conscience a coïncidé avec d’autres évolutions sociales notables. D’une part, le culte du corps et particulièrement le souci de la minceur (tant chez les hommes que les femmes). Tous ces phénomènes allaient se conjuguer pour renforcer les rapports entre sport, corps et santé.

Pour « se sentir bien dans sa peau », il faut donc prendre soin de son corps, mener une vie saine à travers l’expérience d’un sport. De ce fait, la pratique sportive, qu’elle soit stimulée par des motivations esthétique (sculpter son corps), ludique (rechercher du plaisir) ou médicale (rester en bonne santé), allait connaître une évolution considérable, renforcée par le papy-boom et le développement du sport. La pratique du sport est bénéfique pour la santé, pratiquer une activité physique permet de prévenir les problèmes d’obésité, certains cancers, les maladies cardio- vasculaires, et de manière générale réduit aussi la mortalité. La pratique du sport a aussi des effets positifs sur la santé mentale et le bien être en général. Trente minutes d’activité modérée cinq fois par semaine ou Vingt minutes de sport intense 2 fois par semaine sont suffisants pour maintenir notre corps en bonne santé. Les pratiques sportives sont nombreuses, on peut faire du vélo, de la natation, de la gymnastique, du football, etc. Il faut choisir un sport en fonction de ses envies et de ses capacités. Les moins sportifs peuvent adapter leurs activités quotidiennes pour simplement se dépenser un peu chaque jour.

Nous ne sommes pas tous égaux face aux différents sports. La morphologie, les capacités cardiaque et respiratoire, le sens de l’équilibre, la coordination motrice, mais également le profil psychologique, conditionnent le choix d’un sport. Il est aussi important à souligner que l’âge, la présence d’un handicap ou d’une maladie chronique, jouent un rôle dans ce choix de pratiquer une discipline sportive ou physique. Chaque personne qui envisage de faire du sport le fait pour des raisons qui lui sont propres ; l’envie de plaire, de se défouler, de se dépasser etc. Mais avant toute pratique physique ou sportive, il est vivement conseillé de rencontrer un professionnel qui va vous faire un bilan de santé et vous établir un certificat médical qui va vous permettre de pratiquer du sport. Comme nous l’avions dit précédemment, le sport permet de prévenir les accidents cardio vasculaires, chaque année en France, environ 1000 à 1500 personnes meurent soudainement au cours d’un entraînement sportif, ou dans l’heure qui suit. La victime s’évanouit et le décès peut survenir dans les trois minutes lorsqu’il n’ya pas de réanimation. La mort subite du sportif concerne les hommes dans 93% des cas. Les causes de ce phénomène sont diverses.

Dans la grande majorité des cas, l’origine de ces accidents est cardiaque : rétrécissement des artères coronaires jusque-là non dépisté (surtout chez les hommes de plus de 40 ans), anomalie de naissance ou maladie du muscle cardiaque (chez les sportifs plus jeunes). Dans environ 10% de ces décès, ce sont des vaisseaux sanguins autres que les artères coronaires qui sont en cause : rupture d’anévrisme intracrânien ou déchirement de l’aorte, l’artère qui part du c ur et irrigue le corps. C’est le cas de notre footballeur et héros national Marc Vivien Foé décédé en Juin 2003 lors de la Coupe de Confédérations au Stade Gerland suite à une rupture d’anévrisme. Cette mort subite d’un sportif de haut niveau a été un choc pour toute la planète, car en direct lors d’un évènement mondial. Des dispositions ont été alors prises par les grandes instances du sport, la FIFA, et toutes les fédérations mondiales afin de prévenir ce genre d’accident en pleine pratique de sport. Plus de la moitié des morts subites du sportif pourraient être évitées si le dépistage des problèmes cardiaques était fait systématiquement chez les sportifs de tous âges. Souvent, au niveau de la poitrine, de symptômes annonciateurs précèdent l’accident (sensation de serrement sourd augmenté d’exercice intense, ou douleur du côté gauche qui remonte vers la mâchoire ou l’épaule gauche). Ces signes doivent amener systématiquement à consulter un médecin cardiologue.

Comment identifier les risques cardiovasculaires avant le sport?
L’examen médical qui précède la pratique d’un sport, notamment après 40 ans, est un acte primordial pour faire le point sur sa santé cardiovasculaire. Le médecin se penche notamment sur les antécédents personnels et familiaux pour déterminer les risques. Il ausculte le c ur et prescrit éventuellement des examens complémentaires (électrocardiogramme) pour dépister des maladies du c ur ou des vaisseaux.
Le sport permet de prévenir les accidents des muscles, des os et tendons. D’après les spécialistes, beaucoup de fractures, de déchirures musculaires, des tendinites ne sont pas des coups de sort, beaucoup de ces traumatismes pourraient être bien évités en prenant des précautions qui, de plus, permettent d’améliorer les performances. Avant tout effort physique, il est conseillé de s’échauffer, pendant un temps suffisamment long, au moins dix minutes, pour que les muscles soient préparés à l’effort, cet échauffement doit être progressif et adapté de sorte qu’il devienne un automatisme. Avant de commencer la pratique d’un sport, il faudrait rencontrer des spécialistes ou suivre des conseils pour ce type de discipline.

Exemple, je voudrais faire du footing tous les matins, je dois d’abord rencontrer mon médecin traitant pour un bilan de santé, celui-ci va procéder à un examen médical pour voir si je peux courir de manière régulière et intense tous les matins, à l’issue de cet examen, il me donnera son avis pour la pratique de ce sport. Il est aussi conseillé d’acquérir de bonnes techniques pour pratiquer un sport.

Lors d’un effort, l’organisme a besoin d’eau pour compenser les pertes liées à la transpiration, à la respiration et à la production d’énergie. Une bonne hydratation du corps est indispensable à l’effort, mais aussi à l’élimination par les reins des déchets du métabolisme. Une hydratation insuffisante avant, pendant et après l’effort, peut avoir de nombreuses conséquences, bénignes ou graves : tendinites, crampes, malaise, coup de chaleur, etc. Pensez à boire régulièrement pendant le sport.

Le développement des muscles fait partie intégrante de l’entraînement, pour de meilleures performances, mais également au titre de la prévention des accidents. Une musculation tonique et équilibrée contribue à réguler les tensions auxquelles sont soumis les tendons, les os et les articulations dans la pratique quotidienne comme dans les circonstances extrêmes et dangereuses. Par exemple, un dos et des abdominaux musclés soulagent les vertèbres et les disques intervertébraux et aident à prévenir les douleurs du dos. Outre toutes ces précautions à prendre, il est important de bien choisir son matériel de sport, son équipement ; Exemple: on ne peut pas aller courir avec des chaussures à talons, ou avec une tenue vestimentaire inappropriée ; telle que le jeans, la jupe, la robe.

Enfin, il est essentiel d’éviter l’épuisement et le surentraînement. Ceci concerne tout autant le sportif occasionnel que l’athlète. Le sportif qui ne tient pas compte des limites et des signaux d’alerte de son corps s’expose irrémédiablement à l’accident. Au final, le paradoxe du sport contemporain dans son rapport avec la santé est loin de se résumer au sympathique adage: «Le sport, c’est bon pour la santé.» La formule d’Hippocrate serait sans doute plus ajustée: «Tout est poison, rien n’est poison, tout est question de mesure.»

Avec les camarades du parti
journalducameroun.com )/n
A SAVOIR

- Les opinions et analyses présentées dans cette rubrique n'engagent que leurs auteurs et nullement la rédaction de Journalducameroun.com.

- JournalduCameroun.com n'est pas responsable des affirmations qui y sont présentées et se réserve le droit de modifier ou de retirer un article qui diffamerait, insulterait ou contreviendrait au respect des libertés publiques.

À LA UNE
Sondage

Un candidat de l'opposition a-t-il une chance de gagner la présidentielle 2018 au Cameroun?

View Results

Loading ... Loading ...
Retour en haut